Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 00:26

Photo : Spiti Valley - Les enfants de Nako- Inde - Septembre 2006

Bonjour à tous,

Voici la suite de mon message d'hier...

Et si chacun de nous se disait : « C’est décidé, en 2007, je m’écoute. Mon intuition prime. Même lorsque je n’y comprends rien. J’ai le goût de ce risque-là. Celui d’EXISTER. Et non plus de FAIRE SEMBLANT, parce que je voulais plaire à mon père, ma mère, mes enfants, mes ancêtres de la quinzième génération, mon employeur, mes collègues, mon curé, mon rabbin, mon imam, le gouvernement, le premier ministre, le président de la France, le président des Etats-Unis, les compagnies bananières, les multinationales, les groupes pétroliers…

Aujourd’hui, je deviens CE QUE JE SUIS VRAIMENT. Et je suis heureux d’être, enfin. JE VIS MA VIE, et non pas celle à laquelle d’aucuns me destinent. Et si je suis mon chemin, grâce à mon maître d’école intérieur, toujours attentif à mes interrogations, je n’ai de cesse que tous ceux qui m’entourent agissent de même. Et je suis HEUREUX. Alors je communique tout ce BONHEUR autour de moi, et je ne comprends plus.

Je ne comprends plus pourquoi j’ai accepté jusque là toutes ces violences, toutes ces guerres, toutes ces intolérances, toutes ces haines, toutes ces jalousies, toutes ces incompréhensions.

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on voulait me démontrer que la guerre était nécessaire, qu’il fallait massacrer d’autres hommes pour être heureux. Il s’agissait peut-être là de ce que l’on nomme les démonstrations par l’absurde. Les autres terriens et moi-même cédions-nous à l’absurde ?

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e ) sans mots dire quand on voulait me démontrer que la nature n’était plus à la hauteur des besoins des hommes, et que je devais la dompter, la dominer, la piétiner, la détruire pour être heureux.

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on a massacré, arraché aux leurs, emprisonné, torturé, assassiné les peuples racines de toutes ces contrées lointaines que mes ancêtres et leurs chefs, rois, princes, présidents, sont, un jour, partis coloniser. Pour que mes ancêtres et moi-même soyons heureux.

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on voulait me démontrer qu’imposer aux paysans et familles les plus pauvres de la planète d’acheter aux grands semenciers internationaux des semences, OGM en outre, sans qu’elles puissent donner une seconde graine fertile -principe fondamental de la Nature-. Et devoir ainsi s’endetter chaque année pour acheter de nouvelles semences et subvenir au premier de leurs besoins, se nourrir, au lieu de laisser quelques plants de leur maigre lopin de terre monter en graines. Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on voulait me démontrer que cette manœuvre outrancière contribuerait à donner à manger au plus grand nombre.

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on voulait me démontrer tous les absurdes.

Je ne comprends plus pourquoi je suis resté(e) sans mots dire quand on voulait me démontrer que… j’étais un imbécile, que je n’avais surtout pas le droit élémentaire de l’homme : ETRE. Mais être libre. De ma véritable expression. De ce que je suis vraiment.

Alors maintenant, je suis heureux. Car je SUIS. William avait raison : to be or not to be, that is the question. L’unique. A jamais.

A demain pour la fin de ces voeux 2007...

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage...Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Erika 02/05/2007 09:04

Bonjour Fabienne !Que de rebondissement en cette année 2007...Que de JE SUIS... ;-)Je suis heureuse de te lire.Tu vois, nous aussi, nous décidons d'être JE SUIS...Merci et gros bisous

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...