Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 18:22

 

Tashi Delek,

 

Et voici la suite de la conférence tenue hier dimanche 6 mai 2007 par le 12e Gyalwang Drukpa au centre bouddhique de Plouray, dans le Morbihan.

 

"C'est une mission urgente pour chacun d'entre nous, dorénavant, que de comprendre la valeur de la vie humaine. Certains d'entre vous dans cette assistance sont peut-être chrétiens, catholiques, musulmans, juifs. Au delà de vos religions respectives, l'heure est à la recherche de solutions nouvelles. Depuis tout ce temps, au regard de l'état actuel du monde et de la nature humaine, les religions n'ont peut-être pas rempli leur office. Ce ne sont pas tant les religions qui s'avèrent criticables, que ce qui est dit et fait au nom de ces dernières, que le comportement et les prises de position des personnages qui s'en revendiquent.

 

Les religions existent depuis des milliers d'années. Et jusqu'à présent, elles n'ont sans doute pas fait un si bon travail que cela. Nous devrions tous, en tant qu'êtres humains, nous concentrer afin de trouver d'autres solutions. Il en va de même pour certains médicaments : ils ont été l'objet de recherches approfondies, ils sont très chers, mais ils ne fonctionnent pas pour certains d'entre vous. Alors ne perdez pas votre énergie à les critiquer, tout comme les religions. Recherchez d'autres voies, au lieu de vous attacher aux étiquettes de chacune d'entre elles. Quel est le sens de votre vie ? Quelle est la valeur de votre existence ? De celle d'autrui ? Quels sont les aspects positifs de votre vie ? De celle d'autrui ?

 

On ne voit en général que ce qui va mal. Cela contribue à établir et entretenir un état de terreur. Cela engendre la tristesse, la colère. Notre esprit est affecté de nombreuses perturbations, de sentiments négatifs. Il n'y a plus de place pour le bonheur. A force de penser que tout va mal, tout finit par aller mal. Nous devrions nous évertuer à créer le bonheur dans notre vie, à rechercher des sources de bonheur. Ce qui est source de bonheur et illumine notre existence, nous rend heureux et devient source d'inspiration. Nous devons développer notre force intérieure, mais aussi nous entourer de sources extérieures d'inspiration.

 

Je voudrais aborder un dernier point. Le développement matériel est nécessaire, mais il doit être apprécié au regard du développement spirituel. Nous avons connu ces dernières décennies un développement matériel très important. Et pourtant, la situation ne cesse de s'aggraver. Le développement matériel est nécessaire, mais il convient de l'apprécier à sa juste valeur, à travers notre force intérieure et notre évolution spirituelle. Sinon, l'amélioration matérielle n'apporte guère à l'être humain et à la collectivité. A l'inverse, progresser spirituellement sans un pendant sur le plan matériel s'avère également délicat, sauf à être doté d'une force intérieure très élevée. Tout a un sens. Si vous cherchez à améliorer votre existence et celles de vos proches, parents, enfants, conjoints, vous devez le faire en harmonie avec votre évolution spirituelle. Vous devez apprécier votre vie à sa juste valeur. Je ne dis pas pour autant qu'il faut avoir une grande foi en Dieu, Bouddha, Allah ou d'autres divinités. Par spiritualité, j'entends qu'il importe de comprendre au fond de notre coeur le sens de notre existence, d'avoir un profond sentiment d'appréciation de ces qualités.

 

Nous avons besoin tant du  matériel que du spirituel. En même temps. Ces dernières années, nous avons assisté à une accélération de la création et de la mise en marché de nombreuses technologies nouvelles. Parallèlement, nous ne nous sommes que très peu développés spirituellement. Il y a souvent eu opposition entre les aspects matériel et spirituel de notre vie. Progresser spirituellement excluait la possibilité d'avoir de l'argent, une famille, de se marier, d'avoir des enfants. A l'inverse, progresser matériellement interdisait, aux dires des pouvoirs religieux, l'accès à la spiritualité. Résultat : nombreux sont ceux qui pensent qu'il est impossible de concilier développement matériel et spiritualité. D'où des situations complètement paralysées, et de grandes souffrances dans la société. Face à ce constat, certains parents ne veulent plus la moindre éducation religieuse pour leurs enfants. Dissocier spirituel et matériel n'est pas sain. Essayons de réfléchir à tout cela. "

 

 

 

Photo N°2 : Depuis le 7e siècle et lors des 250 ans qui suivirent, les rois tibétains entreprirent un travail de transformation culturelle en s'ouvrant aux savoirs des grandes civilisation d'Asie. Ce processus atteint son apogée dans les années 790, où l'empereur Trisong Detsen, avec l'aide de l'initié indien Padmasambhava, fit ériger le premier monastère bouddhique, y fit transférer l'université bouddhique indienne et commença à y faire rassembler toutes les connaissances détenues en Asie. Communément désigné sous le nom de Guru Rimpoche, l'esprit du maître indien est celui de l'esprit réalisé de tous les Bouddhas et de tous les maîtres spirituels.

 

 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous en cliquant ici

 

 

Pour découvrir « La Patiente », mon roman en ligne, c'est là

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...