Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 17:39

 

Chapitre 1 : "Le petit prince d'Angkor, page 4"

 

 

 

 

Photo : Le temple de Banteay Srei, l'un des fleurons de l'architecture angkorienne, baptisé "La citadelle des femmes". Sculpté dans du grès rose, il change de teinte avec les mouvements du soleil. Avec ses sculptures finement sciselées, ce temple çivaïte doit son nom à ses petites dimensions et aux personnages féminins qui ornent ses murs.

 

 

Certes, d'autres civilisations aussi avancées et structurées furent, elles aussi, balayées brutalement de la surface du globe sans que l'on n'ait jamais parfaitement cerné les raisons de leurs disparitions. Il en allait de même des cités mayas sises sur les territoires guatémaltèque et mexicain, des merveilleuses capitales de l'Egypte de la Haute-Antiquité, et, plus avant, de l'Atlantide ou de la Lémurie. Comment, après ces siècles de survol spirituel, artistique et culturel de la région n'avais-tu pas, toi, mon fils khmer, comme tes compatriotes, la capacité d'assurer une vie décente à ta famille ?

 

« Puis-je vous demander si vous savez où loger ce soir ? ». Je n'en savais fichtre rien. Je me rendais à Angkor pour la première fois. J'avais décidé de me laisser porter par les rencontres, les opportunités, les expériences. Et les signes aussi. Je me fiais à mon intuition. Je vivais l'instant présent. Je me délectais de chaque sensation, de chaque découverte. Le voyage s'était solidement implanté au coeur de ma vie depuis près de vingt ans. Je me sentais chez moi sur les cinq continents. Avec une prédilection pour l'Asie et pour l'Amérique Latine.

 

« Dans ce cas, je vous recommande l'une des Guest-houses les moins chères de Siem Reap. De construction récente, elle bénéficie d'un emplacement privilégié en face du Royal Hôtel, au bord de la rivière ». « L'une des adresses les plus économiques de la ville ? Pourquoi imaginait-il que... ? » Il est vrai que je pénétrais au Cambodge par la route, comme ces voyageurs qui n'hésitent pas à passer douze heures dans des bus au confort parfois sommaires, quand ils sont en état de marche ! Et ce, pour mieux se fondre dans la population locale, pour mieux comprendre leurs conditions de vie et de transport. Pour voyager plus longtemps également, tellement les tarifs des transports locaux semblent dérisoires pour nos portefeuilles occidentaux. Douze heures de bus pour cinq dollars.

 

Oui, je correspondais au profil de ces backpackers, sensibles à l'argument financier. « Je vous propose seulement de venir voir. Si cela ne vous plaît pas, vous pourrez chercher librement une autre guest-house ». Rattha avait déjà compris que je tenais à cette liberté pour laquelle j'avais tant lutté. A cette liberté de choix, d'action, de parole, de pensée, à laquelle ce voyage en solitaire conférait un parfum d'absolu. Je me sentais libre. Intouchable. Guérie. Ou presque.

 

 

 

Pour connaître la suite de l'histoire, rendez-vous le mercredi 16 mai 2007
 
Pour être informé(e) automatiquement de la parution de chaque nouvel article, abonnez-vous en cliquant ici
 

 Lire la première page publiée de la Patiente

S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage...© Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...