Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 09:30

 

Chapitre 1 : "Le petit prince d'Angkor, page 6"

Photo : Devant le Pha That Luang, un tuk-tuk, mode de transport collectif très populaire en Asie du Sud-Est. Si l'on en croit la légende, les missionnaires ashokan, arrivés d'Inde, auraient édifié au IIIe siècle avant Jésus-Christ un stupa pour y enfermer un bout de sternum du Bouddha. Le monument actuel fut construit au XVIe siècle, lorsque le roi Setthathirat transféra la capitale de Luang Prabang, dans le Nord du pays, vers Vientiane.

 

Pour réaliser son grand rêve, il voulait devenir guide, car le simple statut de « driver », de chauffeur à mobylette, lui rapportait tout au plus de cent à deux cents dollars mensuels. Il avait du arrêter ses études prématurément. Cette décision s'annonçait comme une entrave à ses aspirations professionnelles. Il lui manquait le douzième niveau d'une scolarité avortée. Il devrait donc s’acquitter d'un droit de mille dollars pour obtenir l'autorisation d'exercer. « Corruption », susurra-t-il. Inimaginable dans un pays où un fonctionnaire doit se contenter de vingt-cinq dollars par mois. Et pourtant…

Ce n'était pas tout. Il lui faudrait perfectionner ses connaissances de l'histoire angkorienne, poursuivre son étude de l'anglais et du japonais, tout en continuant à emmener les touristes sur sa vieille mobylette menaçant de rendre l'âme. « C'est ma meilleure amie. Mon outil de travail aussi. Il serait préférable que j'en achète une neuve, mais, pour le moment, je suis trop pauvre pour cela ». Il m'expliqua sa situation doucement, dignement, sans se plaindre. Quand, après notre première journée ensemble sur les routes de la cité engloutie par la forêt, je lui demandai s'il acceptait de m’accompagner pendant une semaine, il partit annoncer la nouvelle à ses amis en sautillant de joie. Je lui assurais une semaine de salaire. Pendant sept jours, il pourrait se lever chaque matin sans devoir s'inquiéter de savoir s'il gagnerait, ou non, l'argent nécessaire de sa journée. J'étais heureuse de l'aider ainsi. Aussi modeste soit ma contribution à la survie de sa famille. Je lui apportais un peu d’air frais, tout en respectant sa dignité de jeune homme, puisqu'il allait travailler en échange.

« Good morning Mum ! ». C'était devenu le rituel du matin. Comme chaque jour, Rattha arrivait une heure avant notre rendez-vous pour… venir me réveiller. Ma montre ou les employés de la Guesthouse auraient bien fait l'affaire, mais mon petit driver mettait un point d'honneur à frapper à ma porte chaque matin. Inutile de protester. Il en avait décidé ainsi. « J'ai fait un très beau rêve cette nuit. Je ne voulais pas me réveiller. Jamais ». Cette balade onirique demeurerait un mystère, mais Rattha commençait à se confier.

Nous enfourchâmes une nouvelle fois notre compagne pétaradante. Direction Angkor Vat. Littéralement, « la ville qui est un temple ». Cet édifice central de la cité khmère fut construit pendant la première moitié du douzième siècle, sous le règne du roi Sûryavarman II. Le seul temple de l’ensemble angkorien orienté à l'ouest. Tous les autres monuments furent implantés face au soleil levant. Cela éveilla mon goût de la particularité, de la différence, de la minorité.

 

 

 Pour connaître la suite de l'histoire, rendez-vous le lundi 28 mai 2007

Lire les pages précédentes : page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...