Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 08:22

Chapitre 1 : "Le petit prince d'Angkor, page 7"

 

Photo : Luang Prabang est l'ancienne capitale du Laos. Chaque matin à l'aube, les moines bouddhistes défilent dans les rues afin de demander l'aumône aux habitants, comme il est de coutume dans la tradition bouddhiste. Sise à 700 mètres d'altitude, et sur les rives du Mékong, Luang Prabang, fondée par Fa Ngum en 1353 avec l'aide des khmers, compte une soixantaine de temples. Le palais royal abrita les derniers souverains laos jusque dans les années 80. Emprisonnés dans une grotte à proximité, ils moururent faute de soins.

Pourquoi l'orientation de ce monument se distinguait-elle ainsi de celle communément admise pour les autres édifices ? Et pourquoi, malgré cette originalité (ou devrions-nous dire grâce à elle ?), cet édifice avait-il mieux résisté à l'usure du temps que tous les autres ? Monsieur Ou CHHEANG, le propriétaire de la Soksan Guesthouse, m'avait éclairée dans un français à faire pâlir d'envie nombre de nos collégiens et lycéens. Cette langue était devenue obligatoire pour tous les cambodgiens de sa génération jusqu'en 1965. Le vieil homme me confia donc l'un des secrets du peuple khmer : « les Dieux avaient construit Angkor Vat ».

Comment, il y a si longtemps, de telles édifications avaient-elles pu voir le jour ? Sans réponses, je frôlais l'adhésion à cette croyance ancestrale. Si les Dieux n’avaient pas soulevé les pierres, sculpté les bas-reliefs, creusé les douves, bâti de leurs mains et à la sueur de leurs fronts ces temples-montagnes et ces quatre cents kilomètres de chefs-d'oeuvre, ils avaient probablement prodigué leurs conseils éclairés et leur intelligence supérieure aux bâtisseurs d‘Angkor. Et illuminé l'architecte d’Angkor Vat de leurs connaissances et de leurs secrets en matière d’harmonie et de circulation d'énergie dans les habitats et leurs environnements, si royaux soient-ils. Le Feng Shui chinois. La géobiologie occidentale. Et autres considérations des plus grandes civilisations de l'Histoire de l'Humanité.

Mais une autre préoccupation animait le jeune Rattha ce matin là. Dans ce rêve qu'il n'aurait jamais voulu interrompre, il avait sauvé sa petite fiancée de la noyade. « I love her, but may be she hate me. I dont know yet ». Depuis deux ans, mon chauffeur de mobylette était amoureux en secret d’une jeune voisine. Chaque jour, il l'avait accompagnée au marché. Elle y vendait quelques babioles au retour de l’école pour contribuer, elle aussi, à sa mesure, aux besoins de sa famille. Elle avait dix-sept ans. L'âge pour une jeune fille khmère de songer au mariage.

 

Pour connaître la suite de l'histoire, rendez-vous le mardi 5 juin 2007

Lire les pages précédentes : page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...