Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 12:22
Bonjour à toutes et à tous,
 

Photo N°1 : La presse a largement couvert notre aventure. Merci à tous ces journalistes. A commencer par les quotidiens de notre région, la Bretagne. Ci-dessus, l'un des premiers articles de la Liberté du Morbihan, daté du 11 avril 1991. Le titre : « Tour du Monde de l’Enfance pour deux Morbihannais : passionnés de voyages, une jeune lorientaise, consultante en technologies de l’information, et un journaliste de Malestroit partiront en mai capturer sur pellicule l’enfance du tiers monde ».
 
 
 
Vous avez été nombreux à saluer la mise en ligne de cette nouvelle rubrique… et très impatients de connaître la suite de l’histoire. Chaque semaine, vous en découvrirez un peu plus. Quatorze mois d'une aussi extraordinaire aventure ne peuvent se dévoiler en un clin d’œil.
 
Avant d'entamer notre parcours au Guatemala, mettons l'accent sur la genèse et la préparation du projet. Nous avions décidé de partir. Soit. Un an au minimum. Avec pour fil conducteur l'Enfance et la réalisation de reportages photo, vidéo, écrit. Une décision estivale, bien que mûrie, en ce qui me concernait, depuis ma plus tendre enfance. L'idée avait germé dans nos esprits. Il restait à la mettre en œuvre, à finaliser l'itinéraire, les modalités du voyage, le budget. Le départ fut préalablement fixé le 14 février 1991, pour marquer notre projet commun du sceau de la Saint Valentin. Puisque nous avions établi de faire de ce voyage plus qu'une simple promenade, il nous a fallu en conceptualiser l’esprit et la démarche. Au-delà du choix de l'itinéraire et des préparatifs minutieux pour un aussi long parcours, nous avons compilé toute la documentation nécessaire pour appréhender les situations politique, économique et sociale de ces pays dans lesquels nous aurions à opérer.
 
Nous nous sommes attelés à la tâche : rédaction des dossiers de présentation de notre projet à l'intention des médias, des municipalités, des sponsors publics et privés. Un dossier par public visé, afin de détailler les apports de l'opération pour chaque partenaire potentiel. Nous avions au départ l'ambition d'associer des écoles, des collèges, des municipalités à notre démarche. En 1990, Internet en est encore à ses balbutiements. Le minitel est un terminal franco-français. Si aujourd'hui, il est aisé de communiquer depuis le bout du monde et de mettre en ligne textes, photos, vidéos, commentaires sonores, à cette époque, pourtant pas si lointaine, la logistique se révélait beaucoup plus contraignante. Nous avions donc besoin d'un coordinateur en France, chargé de recevoir documents, objets, écrits, photos, films, enregistrements son et de les proposer aux médias et à nos partenaires pour diffusion.
Nous souhaitions également obtenir l’assentiment d'une vingtaine de grandes municipalités quant à des partenariats avec leurs écoles, tout au long du périple. Nous envisagions de garder le fil avec les élèves de ces écoles, de leur adresser régulièrement différents documents, de répondre à leurs questions au fil de l'itinéraire, puis, à notre retour, de proposer aux municipalités-partenaires, aux écoles, aux associations et aux clubs pour les enfants, aux comités d’entreprises, etc, des conférences-projections, des expositions photos, des animations-débats, des échanges, jumelages, actions de soutien auprès des enfants du monde.
Pour animer ces rencontres, nous commencions à élaborer nos matériaux informationnels, notre carnet de route « Tour du Monde de l’Enfance », récit condensé pour chacun des pays traversés, de sa géographie, son histoire, ses hommes, son économie, ses curiosités, notre « courrier du bout du monde », racontant l'histoire d'un enfant, d'une famille, d'un personnage, d'un village ou d'une région pas comme les autres, des reportages vidéo et photo sur les écoles du bout du monde et la vie quotidienne des enfants.
Photo N°2 : Nous nous étions fixés une ligne de conduite : pas de sensationnalisme, pas de viol des intimités, pas de scoop. Nous voulions simplement être témoins, montrer le quotidien des enfants du monde, leurs modes de vie, leurs coutumes, leur vie ordinaire, aux mêmes âges et dans les mêmes situations que leurs petits camarades de France.
La présentation du projet, sa médiatisation, la recherche des partenaires ont mobilisé notre énergie. Patatras. Août 1990 marque le début de la première guerre du golfe, celle du président Bush père. Les partenaires sollicités manifestent intérêt certain et encouragements : « bravo pour votre initiative ». Mais nos demandes de partenariats demeurent lettres mortes. Entreprises et municipalités sollicitées subordonnent toute décision à l'issue du conflit.
Forts de notre idée, de notre conviction et de notre motivation, nous décidons de ne pas attendre, même si nous reportons notre départ de quelques mois. Nous rassemblons nos économies, déménageons de Paris, stockons nos meubles et affaires dans la cave d’une maison de famille en Bretagne, et optons pour l’autofinancement de la première phase de notre projet. Nos moyens sont modestes ? Nous nous adapterons. Nous souhaitons être proches des populations locales. Inutile de s’encombrer du superflu. Nous quitterons la France pour notre première destination, le Guatemala, le 2 juin 1991.
 
 
 
Suite de l'aventure du Tour du Monde de l'Enfance le mardi 19 juin 2007
 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
 
Evadez-vous vers les cinq continents
 
 
 
 
Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...