Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 01:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

La fille d'un couple d'amis est une écuyère passionnée depuis sa plus tendre enfance. Ses parents partent s'installer au Caire pour des raisons professionnelles, et elle s'inquiétait de ne plus pouvoir monter à cheval dans la capitale égyptienne. Lors de mon premier voyage égyptien (j'y suis allée trois fois depuis 2003), je me suis vue proposer une balade à dos de chameau ou à cheval lors de ma visite des Pyramides de Guizeh. Sportive depuis toujours, mon expérience à cheval demeurait réduite à une portion des plus congrues. J'avais accompagné un groupe de touristes alors que j'étais responsable de séjour en Espagne pour une agence de voyages dédiée aux étudiants et jeunes adultes lors d'une balade découverte du et à cheval. J'ai le souvenir de ne pas m'être sentie très à l'aise, car nous étions quasiment tous novices et que je craignais que nous ne puissions pas maîtriser nos montures si l'un des animaux s'emballait. Or, j'étais co-responsable du groupe avec notre agence locale. Pour ma seconde expérience, l'une de mes amies cavalière et propriétaire de chevaux m'avait gentiment invitée à une promenade, avec beaucoup de marche, et quelques trots

 

Est-ce la magie du lieu ? J'ai opté pour une balade à cheval au pied des Pyramides. Mon guide m'expliqua que ces pur-sang arabes n'aimaient que marcher, ou galoper. Bien sûr, j'étais déjà en selle et au pas lorsqu'il m'en informa. Pauvre de moi. Je n'avais jamais galopé de ma vie. La technique d'apprentissage fut cependant radicale. Mon instructeur colla son cheval contre le mien, saisit les rênes de mon cheval, me demanda de prier Allah avec humour, et lança les deux montures au galop. Mon seul défi : tenir en selle le plus longtemps possible, accrochée à la crinière de mon destrier. 

 

Eh bien, je ne tombai point. Je pris confiance, et demandai bientôt à mon instructeur de me laisser les rênes, quelque peu agacée par sa fâcheuse manie de m'approcher d'un peu trop près et de poser ses mains sur moi, profitant d'une "pauvre femme" trop occupée à ne pas choir ! La situation était cocace, mais le galop sur fond de Pyramides au soleil couchant restera pour moi une sensation merveilleuse, un souvenir exceptionnel. La balade dura trois heures, avec des arrêts pour immortaliser "l'exploit" sur la pellicule. Et pour discuter. J'aime à m'enquérir de la vie des gens, et je l'interrogeai sur sa vie. Il était marié, avait deux jeunes enfants. Il n'avait pas choisi son épouse, comme c'est encore de coutume dans certaines familles égyptiennes. Au fil des heures, il voulait, mâle égyptien oblige, me construire une Pyramide en signe de son amour naissant pour moi ! On ne m'avait jamais fait une telle déclaration ! La barre de la séduction est désormais très haute. Messieurs, que me proposerez-vous maintenant, à côté d'une Pyramide ??? 

 

Bien sûr, à l'arrivée, la négociation tarifaire fût âpre. Car le prix avait curieusement augmenté depuis le départ. La promenade avait duré plus longtemps que prévu, il fallait nourrir les chevaux... je n'avais pas accepté ses avances... J'ai pour habitude de négocier en souriant, sans m'énerver, en prenant mon temps, comme les égyptiens. On s'assied, on prend un thé, on discute. Et on négocie. Classique. Cela se passe généralement dans le respect et la bonne humeur, et permet d'échanger sur nos cultures réciproques. C'était en 2003. J'ai dû payer 50 livres égyptiennes au lieu des 10 demandées au départ. Mais pour un si beau souvenir, et trois heures de travail, ce n'était que justice.

 

Pour consulter mes autres mémoires de voyage

.par le désert envoûtée

 .l'âme du désert de Chinguetti (Mauritanie), 2

.Rigoberta Menchu future présidente du Guatemala ?

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Evadez-vous vers les cinq continents

.Tour du monde de l'Enfance

.Une photo, une pensée

.Paroles des sages du monde

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

vinya 17/04/2008 01:59

hello! Très bon blog, je te félicite. Je fais partie d'une communauté de voyageurs appelé Trivago et ton expérience serait la bienvenue sur le site. Si tu as des questions n'hésites pas à me contacter ;)

isabelle56 09/07/2007 09:12

j'ai aimé cette balade à cheval immortalisée par cette superbe photo... merci pour ce partage si joliment raconté Bises

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...