Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 11:33
 
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
 
Je vous ai parlé il y a quelques temps, dans la même rubrique, du Docteur anglais Edward Bach. Il consacra une grande partie de sa vie à mettre au point des élixirs floraux, après avoir découvert l'influence des fleurs sur nos états émotionnels. On peut trouver aujourd'hui des élixirs en provenance de diverses parties du monde, des élixirs du Bush Australien aux élixirs floraux californiens. Le principe même de ces élixirs repose sur la capacité de l'eau à s'imprégner de l'énergie de la fleur, par solarisation. Il existe aussi d'autres procédés d'imprégnation de l'eau.
 
 
Le docteur en médecine alternative Masaru Emoto s'est consacré à la recherche sur les différents types d'eau : celle du corps humain, les eaux de boisson, les eaux courantes, les eaux de la Terre. J'ai eu le plaisir d'assister il y a quelques années à l'une de ses conférences, dans les locaux de l'école de médecine de Paris. L'universitaire avait laissé la place au comédien enjoué. Il chantait, il fredonnait, tout en expliquant avec passion les résultats de ses recherches. A l'écran, des photographies en macro de cristaux d'eau gelée.
 
 
 
 
 
Photo N°1 : premier tome des « Messages de l'eau », dont la traduction française fut publiée en juin 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée aux mots amour et gratitude.
 
 
Partant du principe qu'il n'existe pas deux flocons de neige d'apparence identique, le chercheur japonais eut l'idée de congeler ses échantillons d'eau, de toutes provenances, puis de les photographier au travers d'un microscope... avant qu'ils ne fondent. Il était convaincu qu'une eau pure engendrait un cristal de la même pureté. Une eau polluée ne pouvait, quant à elle, donner un résultat identique. Pour cela, il devait trouver le mécanisme de prise de vue ad hoc. Deux mois furent nécessaire avant d'obtenir un résultat tangible.
 
 
Lors de sa conférence, Masaru Emoto projeta une série de diapositives réalisées dans le cadre de ses recherches. Les cristaux avaient des apparences très différentes, selon le degré de pollution de l'eau. Pollution physique et chimique, bien sûr, mais également en fonction des lieux où l'eau avait été puisée, et des environnements humains des expériences.
 
 
 
 
Photo N°2 : second tome des « Messages from Water », dont la version anglo-japonaise fut publiée en 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée à une prière.
 
  
 
Je ne peux m'autoriser à publier ici que les photos des ouvrages, comportant chacune, en couverture, une photo de cristal d'eau gelée. Mais je vous invite à consulter ces ouvrages, pour constater à quel point, selon sa provenance et les énergies qu'elle contient, l'eau produit un cristal d'une très grande beauté et d'une très grande complexité, ou bien, tout au contraire, un cristal ne parvenant pas à se former.
 
 
Dans son premier ouvrage, le docteur Emoto cite l'exemple du tremblement de terre de Kobe (janvier 1995) : « Trois jours après le tremblement de terre, nous avons photographié les cristaux d'eau du robinet de la ville. C'était comme si l'eau, immédiatement après le tremblement de terre, avait capturé la peur, la panique et la profonde tristesse des gens. Les cristaux étaient complètement détruits, la photo donnait des frissons. Les habitants ont reçu l'aide et la sympathie du monde entier, et de nombreux éloges parce qu'aucun pillage n'avait été commis ». Trois mois après, Masaru Emoto et son équipe photographièrent les nouveaux cristaux d'eau de Kobé. Le cristal avait retrouvé vie, et « semblait avoir absorbé ses sentiments ».
 
 
Le chercheur multiplia les expériences. Il eut l'idée de mettre l'eau dans des environnements musicaux variés, de « La Pastorale » de Beethoven à la Symphonie N°40 en Sol mineur de Mozart, en passant par les danses populaires japonaises, celtiques ou la musique Heavy Metal. Il colla sur les flacons d'eau des mots comme Merci (dans différentes langues), Idiot, Amour, Ame, Beau, Sale. Demanda à des groupes de personnes de projeter leurs pensées au même moment sur un échantillon d'eau. Tous les cristaux résultants différaient, semblant exprimer l'émotion contenue dans le mot, ou la nature même de celui-ci.
 
 
 
 
Photo N°3 : Quatre cristaux différents pour les Quatre Saisons de Vivaldi.
 
 
 
Pendant deux heures, Masaru Emoto mima sur scène les émotions et les mots auxquels l'eau avait été exposée, chanta, fredonna, en véritable chef d'orchestre de ses découvertes, les musiques et les mélodies que l?eau avait écoutées. La salle était en admiration devant la beauté de certains cristaux, éberluée de la laideur de quelques autres. Par là même, le japonais voulait démontrer que toutes les eaux étaient de nature différentes, et véhiculaient une énergie particulière. Est-il besoin de préciser que les cristaux correspondants aux mots amour, beau ou merci, ou imprégnés de mélodies harmonieuses, tenaient le haut du pavé ?
 
 
 
Nourrissez-vous des paroles des sages du monde

Alimentez votre réflexion avec « Une photo de voyage, une pensée »

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Restez informé(e) de la parution des prochains articles,

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...