Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 23:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Je vous propose aujourd'hui la suite de mon roman "La Patiente". Avec, pour cette rentrée, une photo pleine d'humour malgré ces moments plutôt tragiques. 

Photo : mars 1998, après ma première cure de chimiothérapie d'une semaine à l'hôpital, Joseph, mon compagnon, veut m'installer au bord de la mer. Pour me changer les idées, pour m'offrir un cadre agréable... de survie. Je suis éreintée par une semaine d'hôpital. Frigorifiée également. Alors, j'utilise tout ce que nous avons pour me couvrir et pouvoir humer l'air marin. Par dessus mes vêtements et mon manteau, j'ai ajouté une couverture plus un sac de couchage... de montagne. Mon compagnon l'a ficelé autour de moi pour qu'il ne tombe pas ! Un clin d'oeil à la vie dans cette période cauchemardesque de mon existence !

 

Je venais tout juste de commencer à voyager. A dix-huit ans, j'avais exploré la Grèce avec quelques amis. Une véritable expédition. Nous avions traversé l'Europe en train, grâce à une carte trans-européenne, la carte Inter-Rail, nous permettant de sillonner le Vieux Continent pendant un mois pour quelques centaines de francs. Paris, Venise, Belgrade, Ljubljana en Slovénie, et enfin Salonique, que j'avais ensuite redécouverte dans la trilogie du romancier Bernard Lenteric avec « Les Enfants de Salonique ». Avant de m'imaginer dans la peau des premiers archéologues découvrant les vestiges de la Grèce Antique à Athènes, Delphes, Corinthe, Epidaure, Olympie. Il y avait les Météores aussi, accessibles par un petit train composé d'une locomotive et d'un seul wagon. Mon aventure à moi commençait là. Quand le conducteur arrêtait sa machine au beau milieu du trajet pour descendre changer l'aiguillage. Quand il stoppait un peu plus loin pour acheter une pastèque dans cette échoppe ambulante au bord de la voie ferrée. Les pains de sucre des Météores n'avaient rien à envier à la fameuse réputation de celui de la baie de Rio de Janeiro. Les religieux orthodoxes d'antant y avaient perché leurs monastères, inaccessibles autrement que par des échelles de cordes. Des fiefs quasiment imprenables. De quoi décourager les ennemis les plus téméraires.
Je venais tout juste de commencer à découvrir le monde et ma vie pouvait déjà s’arrêter là ? J'eus enfin le courage de me résoudre à consulter… le magnétiseur-radiesthésiste ami de la famille, qui depuis mon enfance soignait mes petits bobos. Raymond me regarda avec une once d'inquiétude qu'il ne parvînt pas à dissimuler : « Je n'aime pas beaucoup cela. L'énergie ne passe pas ». Je n'osai pas lui dire depuis combien de temps je taisais l’existence de ce kyste au sein. Il était temps. Mon imagination créait la réalité que j'abhorrais. Je commençais à ressentir des douleurs au niveau de la gorge. Je m'inventais une propagation du mal dans mon organisme tout entier. Cette oppression sur ma poitrine. Il n’y avait aucun doute. J'étais bel et bien gravement malade.

J'expérimentais là le pouvoir de la pensée créatrice. Positive ou négative, ma pensée engendrait les perceptions physiques, les douleurs, les angoisses, les peurs. J'avais l'imagination fertile. Elle s'était mise au service de mes peurs. Du scénario que j’avais monté de toute pièce au fil de ces mois de torture intellectuelle. J'avais fini par me convaincre que j'étais victime d’un cancer, qui, de plus, se généralisait. Cela expliquait toutes ces douleurs que mon pauvre corps ressentait. Adieu la vie, l'amour, le désir, le plaisir, les voyages, les multiples projets professionnels. Ma route s'arrêtait là.

Lire les pages précédentes : 

page 13 ; page 12 ; page 11 ; page 10 ; page 9; page 8 ; page 7 ; page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1

 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...