Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 00:22

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

J'ai eu le plaisir de participer ce week-end à un stage de scrapbooking avec Sandra Charbonnel et Prisca Jokowitz. Deux journées intensives dont je vous exposerai les résultats début février. Les modèles de mini-albums réalisés sont des créations de Sandra et de Prisca, qui les proposeront dans leurs prochains stages. Elles nous ont permis de réaliser de très beaux mini-albums.

 

Tout ceci pour vous expliquer que je n'ai guère eu le temps de poursuivre la rédaction de mon carnet de voyage en Inde, de la plaine du Gange aux monastères bouddhistes du Sikkim. Mais ce sera chose faite très prochainement. En attendant, je vous propose aujourd'hui la suite de mon roman "La Patiente". Je cesserai la publication en ligne de ce roman à la fin du second chapitre. Mon objectif est d'auto-éditer ou de faire éditer ce livre, mais je voulais vous permettre d'en découvrir les premières pages en ligne.

 

Photo : durant toute la durée du traitement, j'ai eu froid, terriblement froid. La peur de ne pas survivre à la maladie et aux traitements, la souffrance physique et morale, les chutes d'énergie me glaçaient le corps. Je sentais les moindres variations de température. Une porte vers l'extérieur s'ouvrait, et aussitôt  je devais rajouter un vêtement. J'avais tellement froid que je me glissais dans mon lit parfois toute habillée, avec mon manteau et encapuchonnée. Et pourtant, la Bretagne n'est pas le pôle nord !

 

"Tu vas t'en sortir. Ne t'inquiète pas." Comme à son habitude, Raymond affichait sérénité et optimisme. Nous avions, à l'aide de cataplasmes d'argile posés jour et nuit sur mon sein malade, de séances de magnétisme et de rééquilibrages des carences en vitamines, minéraux et autres oligo-éléments, réduit le volume du kyste. L'énergie circulait à nouveau. Mais un noyau dur persistait. "Tu dois prendre l'avis d'un médecin. Une intervention chirurgicale est peut-être nécessaire. Moi je ne peux aller plus loin. Mais c'est mieux, nettement mieux. Je suis rassuré maintenant."

 

Moi aussi j'allais mieux. J'avais repris confiance. Mon "cancer généralisé" n'était plus qu'une funeste farce dans laquelle mon ego terrifié m'avait insidieusement entraînée. Mes oppressions s'étaient envolées. Ma gorge, dénouée. J'avais pu parler, exprimer mes angoisses, enfin. Sortir du cercle vicieux de ma profonde solitude. J'en étais désormais convaincue. J'allais pouvoir reprendre le cours de ma vie, continuer à rêver, poursuivre mes études. Vivre, tout simplement.

 

Il ressemblait à Jacques Dutronc. Il en avait le beau regard bleu, un peu ténébreux. Il m'avait plu d?emblée. Séduite peut-être. Je crois que j'étais tombée un peu amoureuse de lui. Avec des yeux semblables, il ne pouvait qu'être un excellent chirurgien. Il s'était montré rassurant, compétent. « Un adénofibrome. Rien d'alarmant. Je préfère quand même vous l'enlever. Une intervention bénigne. Sous simple anesthésie locale. En ambulatoire. Vous entrez à l'hôpital le matin, vous en repartez l'après-midi. Nous ferons une biopsie de la tumeur, pour vérifier. Mais elle ne m'inquiète pas ». Je n'avais jamais subi la moindre opération, ni même effectué un séjour en milieu hospitalier. Je n'aimais pas cette odeur de couloir d'hôpital. Je n'aimais pas cette atmosphère empesée, ces chuchotements, ces visages tristes et peu encourageants des familles des malades. J'avais de la chance. Une demi-journée suffirait. Plus quelques jours d'angoisse supplémentaires avant le diagnostic définitif.
 
 

L'anesthésie générale a ceci de rassurant que l?on ne voit rien, que l'on n'entend rien, que l'on n'imagine rien, que l'on ne perçoit rien. Là, je pouvais suivre minute par minute tout ce qui se passait autour de moi. J'étais impressionnée. Le cliquetis des instruments, la sensation du scalpel m'entaillant les chairs, le bistouri découpant la tumeur. Puis cette aiguille recousant les chairs meurtries. J'avais peur, terriblement peur d'avoir mal, de ne pas avoir été suffisamment insensibilisée par la dose d'anesthésiant employée. Je serrais les dents, tentais de me raisonner, de me dire que ce serait bientôt terminé, que je ne risquais rien, qu'avec de si beaux yeux il ne pouvait que réussir cette opération. J'ai failli m'évanouir, tellement j'avais peur. J'avais envie de vomir. Jacques Dutronc m'a donné un sucre. J'étais en hypoglycémie. Tout était terminé. Cela avait duré à peine une heure.

 

Lire les pages précédentes : 

page 14 ; page 13 ; page 12 ; page 11 ; page 10 ; page 9; page 8 ; page 7 ; page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1

 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...