Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 00:27

 

Bonjour à toutes et à tous,

Eh bien, je dois être atteinte d'une flemmingite aigüe en cette seconde moitié du mois de juillet ! Non, je ne suis pas partie en vacances, si ce n'est 4 jours au festival des Vieilles Charrues où j'ai eu le plaisir de voir Yanniiiiiiiick, mais aussi le grand Charles, la truculente Catherine des Rita Mitsouko, le quatuor de Tryo, la dignité de Grand Corps Malade, le rappeur jazzy Abd El Malik ou le roi du jazz manouche Sanseverino, et bien d'autres encore.

Alors je vous propose un retour sur mon roman "La Patiente". Bonne lecture. Aujourd'hui, pas de photos de malade, juste une photo nature pour fêter le retour du soleil.

 

 Chapitre 2 : « La rupture », page 4

 

Ma vie serait-elle d’une aussi courte durée ? J’avais tout juste vingt ans. Je voulais vivre, courir le monde, partir étudier aux Etats-Unis, fonder une entreprise, découvrir l’amour. Pour moi, tout devait être grand, beau, exaltant, passionné. Une petite voix me disait que, peut-être, j’allais réaliser de grandes choses dans ma vie. Je n’avais aucune idée de ce que cela pouvait être, mais ma curiosité était piquée au vif.
 
Depuis ma plus tendre enfance, je savais que je voulais voyager. Ecrire aussi. Ecrire un livre. Plusieurs, peut-être. Je baignais dans les livres et la littérature depuis que je savais lire. J’avais, très jeune, dévoré la bibliothèque rose. L’espiègle Oui-Oui et les aventures du Clan des Sept n’avaient eu plus de secrets pour moi…dès la fin du cours préparatoire. Je m’évadais dans mes lectures dès que j’avais un moment de libre. Et j’en avais beaucoup, car mon statut d’enfant unique ne m’avait pas dotée de compagnons de jeux permanents.
J’étais rapidement passée à la bibliothèque verte. Je rêvais déjà d’aventures, d’explorations, de découvertes, d’enquêtes… avec le Club des Cinq, Alice, Michel et tous les héros de mes premières lectures. D’ailleurs, mon avenir ne faisait pas l’ombre d’un doute. Je deviendrais professeur de mathématiques, pour plaire à ma mère. Mais aussi maître nageur, car le sport faisait partie intrinsèque de mon identité. Et détective privé, le reste du temps. Je raffolais déjà d’énigmes et de mystères. Et je portais au plus profond de mon être le goût de l’interprétation du moindre indice.

Lire les pages précédentes : 

page 12 ; page 11 ; page 10 ; page 9; page 8 ; page 7 ; page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1

 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Je ne sais pas si le soleil sera de la partie aujourd'hui. Néanmoins, je vous propose un thème estival : une boîte cabine de plage. Elle peut servir de tirelire, ou, en soulevant le couvercle, de boîte classique.

 

 

 

 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en cartonnage ?

.Un joli plateau de cuisine, pour mieux vous servir...

.Scrap et cartonnage : mini-album pour 70 bougies

.Cartonnage : le duo du premier tour de la présidentielle

.Cartonnage : voyage au pays des idéogrammes chinois

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en scrapbooking ? 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en encadrement ? 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Découvrez "La Patiente", mon roman en ligne

 

 

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 11:33
 
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
 
Je vous ai parlé il y a quelques temps, dans la même rubrique, du Docteur anglais Edward Bach. Il consacra une grande partie de sa vie à mettre au point des élixirs floraux, après avoir découvert l'influence des fleurs sur nos états émotionnels. On peut trouver aujourd'hui des élixirs en provenance de diverses parties du monde, des élixirs du Bush Australien aux élixirs floraux californiens. Le principe même de ces élixirs repose sur la capacité de l'eau à s'imprégner de l'énergie de la fleur, par solarisation. Il existe aussi d'autres procédés d'imprégnation de l'eau.
 
 
Le docteur en médecine alternative Masaru Emoto s'est consacré à la recherche sur les différents types d'eau : celle du corps humain, les eaux de boisson, les eaux courantes, les eaux de la Terre. J'ai eu le plaisir d'assister il y a quelques années à l'une de ses conférences, dans les locaux de l'école de médecine de Paris. L'universitaire avait laissé la place au comédien enjoué. Il chantait, il fredonnait, tout en expliquant avec passion les résultats de ses recherches. A l'écran, des photographies en macro de cristaux d'eau gelée.
 
 
 
 
 
Photo N°1 : premier tome des « Messages de l'eau », dont la traduction française fut publiée en juin 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée aux mots amour et gratitude.
 
 
Partant du principe qu'il n'existe pas deux flocons de neige d'apparence identique, le chercheur japonais eut l'idée de congeler ses échantillons d'eau, de toutes provenances, puis de les photographier au travers d'un microscope... avant qu'ils ne fondent. Il était convaincu qu'une eau pure engendrait un cristal de la même pureté. Une eau polluée ne pouvait, quant à elle, donner un résultat identique. Pour cela, il devait trouver le mécanisme de prise de vue ad hoc. Deux mois furent nécessaire avant d'obtenir un résultat tangible.
 
 
Lors de sa conférence, Masaru Emoto projeta une série de diapositives réalisées dans le cadre de ses recherches. Les cristaux avaient des apparences très différentes, selon le degré de pollution de l'eau. Pollution physique et chimique, bien sûr, mais également en fonction des lieux où l'eau avait été puisée, et des environnements humains des expériences.
 
 
 
 
Photo N°2 : second tome des « Messages from Water », dont la version anglo-japonaise fut publiée en 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée à une prière.
 
  
 
Je ne peux m'autoriser à publier ici que les photos des ouvrages, comportant chacune, en couverture, une photo de cristal d'eau gelée. Mais je vous invite à consulter ces ouvrages, pour constater à quel point, selon sa provenance et les énergies qu'elle contient, l'eau produit un cristal d'une très grande beauté et d'une très grande complexité, ou bien, tout au contraire, un cristal ne parvenant pas à se former.
 
 
Dans son premier ouvrage, le docteur Emoto cite l'exemple du tremblement de terre de Kobe (janvier 1995) : « Trois jours après le tremblement de terre, nous avons photographié les cristaux d'eau du robinet de la ville. C'était comme si l'eau, immédiatement après le tremblement de terre, avait capturé la peur, la panique et la profonde tristesse des gens. Les cristaux étaient complètement détruits, la photo donnait des frissons. Les habitants ont reçu l'aide et la sympathie du monde entier, et de nombreux éloges parce qu'aucun pillage n'avait été commis ». Trois mois après, Masaru Emoto et son équipe photographièrent les nouveaux cristaux d'eau de Kobé. Le cristal avait retrouvé vie, et « semblait avoir absorbé ses sentiments ».
 
 
Le chercheur multiplia les expériences. Il eut l'idée de mettre l'eau dans des environnements musicaux variés, de « La Pastorale » de Beethoven à la Symphonie N°40 en Sol mineur de Mozart, en passant par les danses populaires japonaises, celtiques ou la musique Heavy Metal. Il colla sur les flacons d'eau des mots comme Merci (dans différentes langues), Idiot, Amour, Ame, Beau, Sale. Demanda à des groupes de personnes de projeter leurs pensées au même moment sur un échantillon d'eau. Tous les cristaux résultants différaient, semblant exprimer l'émotion contenue dans le mot, ou la nature même de celui-ci.
 
 
 
 
Photo N°3 : Quatre cristaux différents pour les Quatre Saisons de Vivaldi.
 
 
 
Pendant deux heures, Masaru Emoto mima sur scène les émotions et les mots auxquels l'eau avait été exposée, chanta, fredonna, en véritable chef d'orchestre de ses découvertes, les musiques et les mélodies que l?eau avait écoutées. La salle était en admiration devant la beauté de certains cristaux, éberluée de la laideur de quelques autres. Par là même, le japonais voulait démontrer que toutes les eaux étaient de nature différentes, et véhiculaient une énergie particulière. Est-il besoin de préciser que les cristaux correspondants aux mots amour, beau ou merci, ou imprégnés de mélodies harmonieuses, tenaient le haut du pavé ?
 
 
 
Nourrissez-vous des paroles des sages du monde

Alimentez votre réflexion avec « Une photo de voyage, une pensée »

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Restez informé(e) de la parution des prochains articles,

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 11:22

Bonjour à toutes et à tous,

Photo : le Mont Kailash est considéré par les Tibétains comme une montagne sacrée. Il existe de tels lieux un peu partout dans le monde. Qua'avons-nous à en apprendre, à en comprendre ?

C'est la fête nationale. Avons-nous tous sorti nos drapeaux ? Je vous rappelle, pour ceux qui n'ont pas lu les premiers épisodes, que j'ai baptisée cette rubrique "chronique d'une extra-terrestre" pour proposer un exercice de style, en écrivant comme si je me mettais dans la "peau" de quelqu'un situé sur une autre planète et qui regarderait la terre et les terriens. C'est donc de la pure SF (science-fiction), et un exercice d'écriture.

J'ai suggéré ce thème de discussion il y a peu sur un forum de voyageurs, et je crois qu'il n'était vraiment pas le bienvenu. Je me suis faite éjecter. Je me suis donc trompée d'adresse, alors que je souhaitais contribuer à la réflexion sur le sens du voyage et sur les mémoires et les énergies que nous pouvons retrouver lors de nos voyages.

Bien sûr, l'on m'a accusée de dérives sectaires, sans prendre la mesure de mon intégrité et de ma sincérité. Ce n'est pas grave, je me passionne pour les voyages à travers la planète et pour le voyage intérieur, car je crois que l'être humain réagit à son environnement par effet miroir. Et j'aborde des thèmes que l'on n'aborde pas tous les jours. Lorsque nous voyageons, nous entrons en interaction avec les lieux et les personnes que nous rencontrons. Lorsque nous sommes chez nous aussi, bien sûr.

Nous avons tous eu l’impression un jour d’un moment déjà vécu, d’une personne déjà rencontrée, d’un lieu familier. Et pourtant, nous venons dans ce lieu pour la première fois, et n’avons jamais vu ce visage. Certains lieux nous semblent familiers, accueillants. Nous avons la sensation de retrouver de vieilles connaissances. A l’inverse, parfois, nous voulons fuir l’endroit, la compagnie, tellement nous ressentons d’aversion, de terreur, d’inconfort... Je crois que chaque lieu porte les mémoires des événements qui s’y sont déroulés, les énergies et émotions des êtres qui l’ont habité et animé. Il en va de même pour nos corps humains et pour toutes les formes de vie, animales, végétales, minérales… Dans leurs aspects physiques et énergétiques. Le corps physique est entouré de corps subtils, dont les vibrations ne sont perceptibles que par un travail d’ouverture progressif de conscience. Tous ces corps portent nos mémoires, de la vie actuelle, depuis l’instant même de notre conception, mais aussi de nos vies antérieures. Comme un support numérique ou magnétique.

 
 
Lorsque nous retournons sur un lieu dans lequel nous avons déjà vécu, lorsque nous retrouvons une âme rencontrée dans une autre vie, se déclenche une alchimie permettant à nos mémoires de remonter à la surface. Nos voyages aux quatre coins du monde, au-delà du plaisir de la découverte et de la rencontre de l’instant, contribuent donc à nous informer de ce que nous fûmes, et de nos savoirs et connaissances passées.

 

Retrouvez les précédentes "chroniques d'une "extra-terrestre""

.Chronique d'une extra-terrestre (2) : le domaine des dieux

.Chronique d'une extra-terrestre (1) : l'inspiration de la Grande Pyramide d'Egypte

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
 
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
 
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
 
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
 
      
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension. 
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Nous sommes le 07/07/07. Une date rare et symbolique. Voici une nouvelle page de scrap... pour tous ceux qui ne se marient pas aujourd'hui et qui ont donc un peu de temps pour flâner dans la blogosphère. Tous mes voeux de bonheur et longue vie à tous ceux qui se marient... et les autres d'ailleurs.

 

 

Photo N°1 : Voici le résultat final.

 

J'ai réalisé cette page dans le cadre du week-end de scrap organisé à Plouhinec fin juin par Estelle Mauve, Manuela Jamet et Gaëlle Morio. Nous avions le choix entre 3 sketches, j'ai choisi celui-ci :

 

 

 

Photo N°2 : J'ai pris cette photo en décembre 2002 dans le désert de l'Adrar en Mauritanie. Le soir, le guide, les chameliers, la cuisinière discutent autour du plat qui mijote pour le dîner et du pain qui cuit dans le sable

 

 

Photo N°3 : Journaling : cinq touristes, un guide, cinq chameliers, une cuisinière en quête d'essentiel dans le désert.

 

Soyez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en scrapbooking ?

.Voyage et scrapbooking : des petits ronds, des grands ronds pour les fleurs de Jersey

.Scrapbooking et voyage : des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous !

.Voyage et scrapbooking : le colorblocking haut en couleurs de la Martinique

.Moi, Fabienne B., auteure libre, éclectique et passionnée du blog des Voyageurs du Nouveau Monde

.Scrapbooking et voyage : les fleurs de la Martinique

.Cartes en scrap pour 70 bougies

.Scrap et cartonnage : mini-album pour 70 bougies

.Scrapbooking et voyage = ma première page de Book of Me !

.Voyage et scrapbooking : les enfants pauvres du Cap Vert

.Scrapbooking : voyage au Kinnaur et au Spiti

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 15:10

 

Chapitre 2 : « La rupture », page 3
 
 
 

Et puis il y avait cette toux. Cette vilaine toux chronique s'était installée deux ans auparavant. Une toux sèche, profonde. Elle se réveillait de temps à autre, disparaissait à nouveau pendant quelques jours, quelques semaines, quelques mois. Cette vilaine toux affolait mon entourage. Je ne voulais pas en admettre la gravité. J'avais consulté deux médecins généralistes à ce sujet, pour rassurer mes proches. Parce que cette toux me fatiguait considérablement, aussi. Le premier avait hésité, puis émis l'hypothèse d'une allergie. Hypothèse que je lui avais moi-même suggérée. En effet, cette toux se manifestait tout particulièrement dans des environnements poussiéreux, enfumés, pollués. Jamais, jusqu'alors, je n'avais été sujette à une quelconque allergie. Le second n'avait émis aucune hypothèse.
 
 
Jamais, jusqu'alors, je n'avais été véritablement malade. Quelques entorses dans mon enfance et mon adolescence. La varicelle. Et des maux de gorge, fréquents. L'un de mes points sensibles, à ajouter à une fonction hormonale assez irrégulière. Pas de quoi inquiéter le corps médical, que du reste, je ne fréquentais guère. Dans ma famille, on avait tendance à laisser la nature venir à bout des petits maux. A ne pas véritablement prendre soin de soi. Encore moins à chercher à comprendre le sens des déséquilibres chroniques.
 
 
Et pourtant, l'adénofibrome au sein droit qui m'avait valu une petite intervention chirurgicale sous anesthésie locale à l'âge de vingt ans aurait du me mettre la puce à l?oreille. Pour ne pas inquiéter ma famille, et surtout mes parents dont j'étais l'unique enfant, je m'en étais débrouillée sans en parler à quiconque. Faisant face à mes terribles appréhensions dans la plus grande des solitudes. Un cancer ? Etait-ce possible ? J'étais si jeune. Et en bonne santé jusque là. Pourquoi moi ? Je ne comprenais pas. Alors je ruminais. De plus en plus. Sans pouvoir me libérer de cette oppression qui, chaque jour, m'envahissait. J'avais attendu plus d'un an avant de consulter un médecin. Tétanisée. Angoissée à la perspective d'une telle maladie. Une maladie dont la réputation m'effrayait.
 
 

Pour connaître la suite de l'histoire, rendez-vous le vendredi 20 juillet 2007

Lire les pages précédentes : page 10 ; page 9; page 8 ; page 7 ; page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1

 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 01:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

La fille d'un couple d'amis est une écuyère passionnée depuis sa plus tendre enfance. Ses parents partent s'installer au Caire pour des raisons professionnelles, et elle s'inquiétait de ne plus pouvoir monter à cheval dans la capitale égyptienne. Lors de mon premier voyage égyptien (j'y suis allée trois fois depuis 2003), je me suis vue proposer une balade à dos de chameau ou à cheval lors de ma visite des Pyramides de Guizeh. Sportive depuis toujours, mon expérience à cheval demeurait réduite à une portion des plus congrues. J'avais accompagné un groupe de touristes alors que j'étais responsable de séjour en Espagne pour une agence de voyages dédiée aux étudiants et jeunes adultes lors d'une balade découverte du et à cheval. J'ai le souvenir de ne pas m'être sentie très à l'aise, car nous étions quasiment tous novices et que je craignais que nous ne puissions pas maîtriser nos montures si l'un des animaux s'emballait. Or, j'étais co-responsable du groupe avec notre agence locale. Pour ma seconde expérience, l'une de mes amies cavalière et propriétaire de chevaux m'avait gentiment invitée à une promenade, avec beaucoup de marche, et quelques trots

 

Est-ce la magie du lieu ? J'ai opté pour une balade à cheval au pied des Pyramides. Mon guide m'expliqua que ces pur-sang arabes n'aimaient que marcher, ou galoper. Bien sûr, j'étais déjà en selle et au pas lorsqu'il m'en informa. Pauvre de moi. Je n'avais jamais galopé de ma vie. La technique d'apprentissage fut cependant radicale. Mon instructeur colla son cheval contre le mien, saisit les rênes de mon cheval, me demanda de prier Allah avec humour, et lança les deux montures au galop. Mon seul défi : tenir en selle le plus longtemps possible, accrochée à la crinière de mon destrier. 

 

Eh bien, je ne tombai point. Je pris confiance, et demandai bientôt à mon instructeur de me laisser les rênes, quelque peu agacée par sa fâcheuse manie de m'approcher d'un peu trop près et de poser ses mains sur moi, profitant d'une "pauvre femme" trop occupée à ne pas choir ! La situation était cocace, mais le galop sur fond de Pyramides au soleil couchant restera pour moi une sensation merveilleuse, un souvenir exceptionnel. La balade dura trois heures, avec des arrêts pour immortaliser "l'exploit" sur la pellicule. Et pour discuter. J'aime à m'enquérir de la vie des gens, et je l'interrogeai sur sa vie. Il était marié, avait deux jeunes enfants. Il n'avait pas choisi son épouse, comme c'est encore de coutume dans certaines familles égyptiennes. Au fil des heures, il voulait, mâle égyptien oblige, me construire une Pyramide en signe de son amour naissant pour moi ! On ne m'avait jamais fait une telle déclaration ! La barre de la séduction est désormais très haute. Messieurs, que me proposerez-vous maintenant, à côté d'une Pyramide ??? 

 

Bien sûr, à l'arrivée, la négociation tarifaire fût âpre. Car le prix avait curieusement augmenté depuis le départ. La promenade avait duré plus longtemps que prévu, il fallait nourrir les chevaux... je n'avais pas accepté ses avances... J'ai pour habitude de négocier en souriant, sans m'énerver, en prenant mon temps, comme les égyptiens. On s'assied, on prend un thé, on discute. Et on négocie. Classique. Cela se passe généralement dans le respect et la bonne humeur, et permet d'échanger sur nos cultures réciproques. C'était en 2003. J'ai dû payer 50 livres égyptiennes au lieu des 10 demandées au départ. Mais pour un si beau souvenir, et trois heures de travail, ce n'était que justice.

 

Pour consulter mes autres mémoires de voyage

.par le désert envoûtée

 .l'âme du désert de Chinguetti (Mauritanie), 2

.Rigoberta Menchu future présidente du Guatemala ?

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Evadez-vous vers les cinq continents

.Tour du monde de l'Enfance

.Une photo, une pensée

.Paroles des sages du monde

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 16:44

 

Bonjour à toutes et à tous,
 
 
Aujourd'hui, 6 juillet, c'est l'anniversaire du Dalaï Lama. J'ai retenu cette date car c'est également la date d'anniversaire de mon père. Le Dalaï Lama est né en 1935, mon père en 1936. Bon anniversaire à tous les deux.
 

 

 

 

 

Photos 1 à 3 : Au monastère de Dharamsala vivent 200 moines. Cette cité aux allures de village abrite 30 000 tibétains ayant suivi progressivement le chef du Tibet dans son exil. A ceux qui s'y rendraient, je conseille vivement la visite du musée tibétain. Celui-ci retrace, au moyen de vidéos, de photos et de textes, les conditions de vie des tibétains depuis l'annexion de leur pays par la Chine.
 
 
 
Je profite donc de ce jour anniversaire pour citer le thème de méditation suggéré par le chef politique et spirituel du peuple tibétain pour cette 187e journée de l?année (reste 178 jours, les numérologues analyseront).
 
 
« Reconnaissons que la souffrance fait partie de l?existence, ou, en termes bouddhistes, du samsara, le cycle des existences conditionnées. Si nous la considérons comme une chose négative, anormale, dont nous sommes la victime, notre vie devient misérable. C'est notre réaction qui devient le problème. Le bonheur est possible lorsque même ce que nous considérons comme souffrance ne nous rend pas malheureux ».
 
 
J'ai eu l'occasion d'aller écouter le prix Nobel de la Paix à Paris il y a quelques années. Certes, je n'ai pas la connaissance nécessaire pour tout comprendre le langage technique de la culture bouddhiste, mais l'homme rayonne lors de ses conférences grand public et communique sa joie de vivre et sa grande tolérance. Le premier jour, lorsqu'il est entré dans la salle, il n'y avait pas un bruit. Seulement du respect pour le chemin parcouru par une personnalité hors du commun. Or il y avait 12 000 personnes à Bercy. Impressionnant.

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

En ce 4 juillet 2007, je souhaite une bonne fête nationale au peuple américain. Je reviens aujourd'hui à l'encadrement, toujours sur le thème du Carnaval de Venise, avec cette fois la technique du biseau fou.

 

 

Photo N°1 : dérivée du biseau fantaisie ou biseau à la française, le biseau fou mélange les formes et accentue la notion de profondeur.

 

 

Photo N°2 : un filet de couleur identique à la rose apporte une touche de couleur à ce cliché presque en noir et blanc.

 

 

Photo N°3 : perspective...

 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en encadrement ?

 

 

.Encadrement : voyage au carnaval de Venise en biseau rétro

.Encadrement : voyage vers l'art aborigène en Australie

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Découvrez "La Patiente", mon roman en ligne

 

 

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits.

. Encadrement : 3 images, double biseau anglais et passe-partout interrompu pour Carnaval de Venise

.Encadrement et voyage :ouvertures multiples et biseaux anglais pour masques vénitiens

 

 

 

   .Encadrement et voyage : trois images d'Afrique, cadre multiple avec sous-cartes et biseau anglais

.Encadrement et voyage : un cadre avec papier déchiré pour le désert de Mauritanie 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 01:14

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous emmène aujourd'hui tout en bas du continent américain. Dans ce bout du monde rendu célèbre par Nicolas Hulot : Ushuaïa. La Terre de Feu. La Tierra de Fuego. Argentine. C'était en février 1992.

 

Voici, allez savoir pourquoi, la pensée qu'elle m'inspire.

Quoi de plus beau que de regarder le monde évoluer profondément dans toutes les dimensions de son existence ?

 

Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...