Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Varions les plaisirs avec un plateau tout en carton réalisé dans le cours de cartonnage d'Elisabeth Nourrisset à Vannes, Morbihan. Les élèves étaient sceptiques au départ sur la solidité du plateau et sa capacité à porter des charges.

 

 

 

Photo N°1 : cette photo montre les différentes étapes du montage du plateau. Tout d'abord l'assemblage des cartons, la découpe et l'habillage des cartelettes. A ce stade, nous n'avions pas encore commencer à cranter !

 

 

Photo N°2 : Il va falloir maintenant habiller l'extérieur du plateau avec un papier skyvertex (plus résistant pour ce type d'objet). Et c'est là que le travail de fourmies très patientes et appliquées commence, car il faut cranter (inciser en fines lamelles) toutes les bordures hautes pour suivre les contours arrondis des côtés du plateau. Comme les Shadocks, nous avons cranté, cranté, cranté pendant des heures. A tel point que les soupirs se sont fait entendre au bout de quelques heures !

 

 

Photo N°3 : Mais le résultat est là. Après une quinzaine d'heures de travail en moyenne, chacune est satisfaite de son joli plateau de cuisine. Restera à en vernir l'intérieur, pour éviter de le jeter à la poubelle à la moindre tâche.

 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en cartonnage ?

.Scrap et cartonnage : mini-album pour 70 bougies

.Cartonnage : le duo du premier tour de la présidentielle

.Cartonnage : voyage au pays des idéogrammes chinois

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en scrapbooking ? 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en encadrement ? 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Découvrez "La Patiente", mon roman en ligne

 

 

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons rendez-vous aujourd'hui avec la suite des aventures du Tour du Monde de l'Enfance, un voyage de quatorze mois à travers l'Amérique centrale, l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud-Est.

 

 

Photo N°1 : la découverte culinaire fait partie intégrante du voyage. Parfois, nous avons croisé des récalcitrants qui ne voulaient rien manger d'autres que leur steack-frites franco-français (et un peu belge quand même). A chacun ses plaisirs. J'ai une prédilection pour la cuisine asiatique, mais j'ai savouré d'excellents mets dans chaque pays traversé. Sur cette photo, une femme guatemaltèque prépare les traditionnelles "tamales", sorte de pâte confectionnée avec de l'eau de riz, farcie de viande ou de légumes, enveloppées d'une papillotte de feuille de bananier et cuites au feu de bois.

Dans les deux premiers articles, je vous ai présenté, d'une part, nos motivations et le fil conducteur de notre voyage, d'autre part, les huit mois de préparation intensive et le contexte de première guerre du Golfe dans lequel nous avons conçu notre projet. 

Il me faut maintenant vous informer de notre itinéraire. Nous avons donc atterri à Guatemala Ciudad, capitale du Guatemala le 2 juin 1991. Il était 21 heures. Il faisait nuit. Nous avions décidé non seulement de faire des reportages sur la vie ordinaire des enfants du monde, mais également de nous déplacer... à bicyclette. Rien que ça. Nous avons donc embarqué à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle avec, pour chacun, un VTT flambant neuf. Nous dépassions le poids maximum, ainsi que l'encombrement maximum autorisé, bien sûr. Au risque de nous faire refouler avec nos engins d'aventuriers en devenir, ou de commencer par grever notre budget de l'année en nous acquittant d'une surtaxe. Nous avons donc parlementé avec l'hôtesse de la PAN AM. Expliqué avec force détails notre projet, notre rêve. Nous avons alors mis nos vélos dans de grands cartons, et la compagnie aérienne les a embarqués sans problèmes, pour le prix de notre billet d'avion. Mieux, nous fûmes gratifiés de places... en classe affaires, la classe économique étant complète. Quoi de mieux pour commencer ce merveilleux périple ? Si l'on croit aux présages, celui-là ne nous échappa point. Avec nos tenues de routards, nous dénotions un peu parmi les businessmen. Mais qu'importe, nous volions vers la grande aventure de notre existence. Avec champagne et petits fours. Peut-être l'unique occasion du voyage !

Photo N°2 : Autre spécialité culinaire d'Amérique centrale, les "tortillas de maïz". Les tortillas constituent l'alimentation principale des habitants de la région. Certains ne peuvent se nourrir que de tortillas et d'un peu de sel, trop pauvres pour ajouter un quelconque aliment supplémentaire à leurs repas quotidiens. Les galettes sont fabriquées avec de la farine de maïs et de l'eau. Les femmes préparent la pâte à l'aube, et commencent à cuire les galettes sur une plaque de cuisson posée au dessus d'un feu de bois. Cela demande parfois plusieurs heures pour préparer les tortillas de la journée pour toute la famille. Très tôt, les fillettes contribuent à cette tâche réservée à la gente féminine. Bien sûr, l'industrialisation est passée par là, et les tortillas sont de plus en plus fabriquées en usine. Mais tout cela a un coût, que nombre de familles ne peuvent supporter...

Voici donc, pour vous mettre l'eau à la bouche, l'itinéraire de ces quatorze mois extraordinaires :

AMERIQUE CENTRALE

-Guatemala

-Belize

-Honduras

-Nicaragua

-Costa Rica

AMERIQUE DU SUD

-Equateur

-Bolivie

-Argentine

-Uruguay

-Chili

TRANSIT de quelques jours AUX ETATS-UNIS, à San Francisco et Los Angeles

ASIE DU SUD-EST

-Thaïlande

-Cambodge

-Malaisie

-Singapour

-Ceylan

Nous sommes revenus sur le sol français le 26 juillet 1992.

Suite de l'aventure du Tour du Monde de l'Enfance le jeudi 28 juin 2007
 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
 
Evadez-vous vers les cinq continents
 
 
 
 
 
Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Partager cet article
Repost0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 08:49

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

Photo N°1 : Tenzin Gyatso, le Dalaï Lama, prix Nobel de la paix en 1989, vit à Dharamsala, dans le Nord de l'Inde, où il a été accueilli après l'invasion du Tibet par la Chine en 1959. Il est accompagné du gouvernement tibétain en exil. La communauté tibétaine qui l'entoure compte quelque 30 000 tibétains. Le monastère de Dharamsala abrite 200 moines. Ces derniers se retrouvent chaque jour à 11 heures pour des joutes oratoires, exercices verbaux et gestuels d'expression et d'argumentation, menées dans le plus grand sérieux. C'est LE spectacle matinal de la ville.

 

Revenons aujourd'hui à l'écoute des paroles des sages du monde. J'ai choisi aujourd'hui un court extrait d'un livre intitulé "365 méditations quotidiennes du Dalaï Lama", édité chez Pocket Spiritualité. Dans cet ouvrage, le chef politique et spirituel du Tibet nous livre des sujets de méditation pour chaque jour de l'année. J'ai simplement regardé ce qu'il nous propose pour ce 169e jour de l'année. Voici :

 

"L'Histoire nous montre que la violence engendre la violence et résout rarement les problèmes. En revanche, elle crée d'insondables souffrances. On voit aussi que même lorsqu'elle paraît sage et logique pour mettre fin à des conflits, on ne peut jamais savoir si au lieu d'éteindre un feu on n'est pas en train d'allumer un brasier".

 

Bonne méditation.

 

 

Photo N°2 : sous le regard attentif de leurs aînés, les jeunes moines argumentent dans la bonne humeur, tout en faisant appel à leur force de conviction et d'expression. Les photographes s'en donnent à coeur-joie. Mais, avons-nous le droit de nous immiscer dans cet exercice ? Les moines semblent ignorer notre présence, très concentrés sur l'objet de leur conversation.

 

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 12:47

 

Bonjour à toutes et à tous,

Photo N°1 : Gaëlle Morio (Vannes, 56), notre prof de scrap, nous a proposé, pour notre dernier cours cette semaine, de faire des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous.

Un grand merci pour vos visites qui m'encouragent à continuer. Record battu cette semaine avec 97 visiteurs et 430 pages vues pour la seule journée du lundi 11 juin. N'hésitez pas à me laisser des commentaires, cela me fait toujours plaisir. Et aussi à vous abonner. J'ai une proposition à vous faire, et je vous remercie de me donner votre avis à ce sujet. J'envisage, si je trouve la solution technique, de proposer à chaque visiteur de s'abonner aux rubriques de son choix, ou à un groupe de rubriques (par exemple, loisirs créatifs -scrapbooking, encadrement, cartonnage-, voyages vers les cinq continents -tour du monde, mémoires de voyages, une photo, une pensée-, voyage intérieur - roman en ligne, paroles des sages du monde, voyage vers la connaissance, voyage à travers le temps, etc) de manière à n'être averti que des seuls articles correspondant à ces catégories. Qu'en pensez-vous ? Merci de me laisser votre avis dans les commentaires de bas de page.

Photo N°2 : zoom sur les p'tits trous. Nous avons collés sous la page de fond des papiers de différentes couleurs.

Retour au scrap en ce dimanche électoral, avec cette page de fond remplie de p'tits trous réalisés à l'emporte-pièces. Des p'tits trous, des trous moyens, des plus gros trous. Le cours fut un peu bruyant, mais nous nous sommes beaucoup amusées, regoûtant avec plaisir les délices de l'enfance insouciante et créative. En outre, cerise sur le gâteau, Gaëlle nous a dit que nous passions en deuxième année. Hélas, elle ne nous a pas donné de médailles, ou de prix de fin d'année. Peut-être l'année prochaine ? Merci à toi Gaëlle de nous avoir communiqué ta passion et donné tous ces tuyaux techniques au cours de cette première année. Tu vois que tes efforts ont porté leurs fruits puisque nous avons toutes, pour une fois, terminé notre page pendant le cours ou juste après !

 

Photo N°3 : Les titres sont réalisés avec des tampons, sur les mêmes papiers que ceux collés sous la page de fond, découpés dans des formes sans angles droits. Les bords des petits morceaux de papier sont encrés, certains papiers sont matés.

 

Photo N°4 : le lieu (Martinique), la date (01.2000) et le journaling sont écrits à la main sur le papier avec lequel j'ai matté les photos. Journaling : "désaffecté ou non, ICI est ou fut un local de l'administration maritime antillaise. Ces photos nous rappellent bien l'extrême relativité des choses".

 

 

Soyez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en scrapbooking ?

.Voyage et scrapbooking : le colorblocking haut en couleurs de la Martinique

.Moi, Fabienne B., auteure libre, éclectique et passionnée du blog des Voyageurs du Nouveau Monde

.Scrapbooking et voyage : les fleurs de la Martinique

.Cartes en scrap pour 70 bougies

.Scrap et cartonnage : mini-album pour 70 bougies

.Scrapbooking et voyage = ma première page de Book of Me !

.Voyage et scrapbooking : les enfants pauvres du Cap Vert

.Scrapbooking : voyage au Kinnaur et au Spiti

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 09:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

 

Photo N°1 : un cadre avec ouvertures multiples et double biseau anglais, autour de chacune des photos, d'une part, puis sous le second passe-partout. Avec toutes mes excuses pour les reflets sur le verre du cadre. Si l'un d'entre vous peut me donner des conseils afin d'éviter ces reflets sur les photos de cadres, je lui en serai éternellement reconnaissante !

 

Après vous avoir emmenés cette semaine au Guatemala, dans le désert de l'Adrar en Mauritanie et au Cambodge, je vous invite aujourd'hui en Italie, et plus précisément au Carnaval de Venise. Je suis de puis longtemps passionnée d'images, de couleurs vives, de mouvements d'ensemble. Les carnavals du monde entier se révèlent des paradis pour les photographes. Le temps m'a manqué un peu jusqu'à présent, mais je me suis promis de faire le tour des carnavals du monde... un jour.

 

Je rêve un jour d'organiser une exposition pour présenter au public mes cadres réalisés avec des photos du Carnaval de Venise. Pour cela, je dois compléter ma collection. Une vingtaine de cadres, au minimum, me semblent nécessaire. Peut-être une trentaine. Je ne manquerai pas de vous informer de la tenue de la dite exposition.

 

En attendant, je poursuis ma mini-exposition en ligne, avec ce cadre à ouvertures multiples et biseaux anglais contenant quatre photos dans les tons rose tyrien et jaune.

 

 

 

 

      

Photos 2 à 6 : zoom sur les quatre photos qui composent ce cadre, et sur les biseaux anglais dont les papiers soulignent les couleurs dominantes des photos.

 

 

Photo 7 : zoom sur la juxtaposition des quatre biseaux anglais.

 

 

Photo 8 : j'ai choisi d'habiller des baguettes brutes des deux papiers utilisés pour les deux biseaux.

 

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en encadrement ?

.Encadrement et voyage : un cadre avec papier déchiré pour le désert de Mauritanie 

.Encadrement et voyage : trois images d'Afrique, cadre multiple avec sous-cartes et biseau anglais

.Encadrement : voyage au carnaval de Venise en biseau rétro

.Encadrement : voyage vers l'art aborigène en Australie

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Découvrez "La Patiente", mon roman en ligne

 

 

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 11:33

Bonjour à toutes et à tous,

Retour à la rubrique une "photo de voyage, une pensée". Le lien avec la pensée inspirée fut immédiat en regardant cette photo : "pour vivre heureux, vivons cachés".

 

Photo : Cambodge, mai 1992, dans le cadre du Tour du Monde de l'Enfance, un voyage au long cours de quatorze mois, nous avons accompagné un ingénieur agronome de notre connaissance sur le terrain. J'apprécie tout particulièremet la luminosité de cette région du monde et les innombrables sujets photographiques que nous offre la nature, le monde animal, végétal et minéral.

Il est vrai que, lorsque l'on sort des sentiers battus, il convient parfois de taire ses différences, tout en osant cependant les exprimer et les vivre, dans son quotidien. Mais l'on oublie souvent de considérer l'importance capitale de la transmission de pensée. Il est communément admis que la communication verbale, gestuelle, visuelle ne constitue qu'environ 30% de l'intégralité des échanges entre deux êtres. Et lorsque la pensée diffère de ce qui est exprimé par les sens sus-cités, l'interlocuteur reçoit deux informations contradictoires. Il reste alors sur une impression étrange, et ne peut adhérer totalement à ce qui s'est dit, car il reçoit en même temps la pensée de l'autre, la vraie, celle qui correspond à des convictions profondes.

Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en lignemon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 11:33

 

Bonjour à toutes et à tous,

Photo : Désert de l'Adrar, en Mauritanie, au départ de Chinguetti, l'une des sept villes saintes de l'Islam reputée pour ses innombrables bibliothèques privées recelant des trésors de littérature et de livres de médecine, d'art, de sciences du monde arabe et de toutes les nationalités faisant escale dans cette oasis sur la route des caravanes.

Décembre 2002. Je suis fatiguée, lasse d'un certain nombre de difficultés à surmonter. J'ai besoin de prendre l'air. Je rêve du désert depuis longtemps. Je n'ai encore jamais volé vers les dunes de sable, à l'exception de quelques heures dans le Sahara tunisien. Nous sommes le mercredi. Je consulte le catalogue de Club Aventure. Je voyage rarement en groupe, mais je ne me vois pas partir seule en plein désert. Un minimum de logistique s'impose. J'ai apprécié les prestations de Club Aventure lors de mon trek dans le Sanctuaire des Annapurnas au Népal en novembre 2001, et d'une randonnée préparatoire dans le Lubéron français en juillet 2000. Je feuillette le catalogue. Une petite voix me désigne le trek, de niveau facile, dénommé "du massif de l'Adrar aux dunes de Chinguetti".

Ai-je alors ressenti l'appel pressant du désert ? Je dois partir, de manière imminente. C'est le moment. Le prochain départ est le dimanche. J'ai quatre jours pour préparer mon voyage. Qu'à cela ne tienne. J'ai trouvé ce qu'il me faut. Une semaine dans le désert mauritanien, "porte du Monde Arabe et du Sahara, habitée depuis toujours par des populations nomades et possédant de nombreux vestiges préhistoriques. L'empire des sables a sa forteresse : l'Adrar, un immense plateau tabulaire dont les effondrements ont sculpté des paysages féériques", dixit le catalogue de l'agence spécialisée dans les randonnées-voyages.

J'appelle Club Aventure. C'est encore possible. Extrêmement juste mais possible. J'expédie mon passeport en Chronopost, je réserve mes billets de train pour Paris, l'hôtel proche de l'aéroport, je boucle mes bagages. Le désert est propice à l'essentiel. Le dimanche, à cinq heures du matin, je suis à l'aéroport. J'ai peu dormi. L'hôtel n'a rien trouvé de mieux que de déclencher une alarme incendie en pleine nuit. Alors que l'on nous demande d'évacuer l'hôtel sans nos bagages, je m'y oppose. Je ne veux pas louper mon vol. Je m'habille en quatrième vitesse, je prends mon sac à dos, mon sac photo, mes chaussures de randonnée dans une main, et je fonce comme les autres vers la sortie. Certains se retrouvent en pyjama sur le trottoir, moi je suis habillée, avec mes sacs et mes chaussures, prête au départ.

Après quatre heures de vol, nous arrivons à Atar. Nos organisateurs ont scindé le groupe en deux. Nous sommes cinq touristes. Notre guide Sidi nous attend. Nous serons accompagnés par une cuisinière, quatre chameliers, deux chèvres et quatre poulets. L'autre groupe compte onze voyageurs. Nous sommes des privilégiés. Chaque membre de notre petit groupe s'est inscrit quasiment à la dernière minute, pour des raisons diverses. Il y a Laure, Corinne, Nicolas, Xavier et moi. Ravis de ce privilège. Randonner dans le désert en cohorte d'une vingtaine de personnes, autant de chameaux et de chameliers n'engagent guère à l'écoute du silence... Notre aventure se déroulera sous les meilleurs auspices. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour la suite du voyage. 

 Suite de l'aventure, le dimanche 24 juin 2007

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Evadez-vous vers les cinq continents

.Tour du monde de l’Enfance

.Mémoires de voyages

.Une photo, une pensée

.Paroles des sages du monde

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 11:33
Bonjour à toutes et à tous,
Voici la dernière page du premier chapitre de mon roman, "La Patiente". Merci à ceux qui ont déjà réservé un exemplaire de la version papier de ce livre. Et merci d'avance à tous ceux qui complèteront cette liste. Pour mémoire, j'ai le projet d'auto-éditer ce livre. Pour cela, je dois rassembler un minimum de cinq cents souscripteurs qui s'engagent, à l'avance, à m'acheter un exemplaire. Si vous souhaitez lire un jour ce roman confortablement installé dans votre canapé, vous pouvez vous inscrire, sans expédier de l'argent tout de suite. J'informerai tous les souscripteurs dès les cinq cents exemplaires réservés.
Chapitre 1 :  "Le petit prince d'Angkor, page 9"

Photo : pour clore ce chapitre, et l'illustrer, le sourire d'une petite fille khmère. Cambodge, juin 2002.
Je voudrais tant lui offrir son rêve : un toit pour sa famille. Ils sont huit millions de Rattha au Cambodge. Huit millions de paysans pauvres. Avec ou sans terre. Sans logement, souvent. Ils vivent ou plutôt survivent dans de minuscules paillotes aux toits recouverts de feuilles de palmiers. Ces hommes, ces femmes, ces enfants, se demandent quotidiennement s'ils vont parvenir à vendre les quelques cartes postales, le vêtement, les pellicules, le livre, les quelques noix de coco, les longanes ou les « cold drinks » dont les maigres bénéfices leur permettront, pour une journée encore, de nourrir leur famille. Les pellicules sont pour la plupart périmées, exposées en plein soleil sur des étals de fortune. Les livres sont des photocopies d'éditions internationales et étrangères. Il faut bien trouver de maigres moyens de subsistance.
 
 
Le Cambodge, le fier Kampuchéa d’aujourd’hui, ne se résume cependant pas à cette précarité. Je garderai à jamais le souvenir de huit millions de sourires, de rires, d'élans d'hospitalité à l'égard de l'étranger.
La violence, la précarité et l'extrême pauvreté n'ont pas entamée la jovialité khmère. Le « pays du sourire » a résisté, dignement. Debout après toutes les tornades essuyées. Malgré la guerre. Malgré la misère. Malgré le génocide. Malgré les mines. Malgré la terreur. Ces sourires reflètent toute la magie d'un peuple au passé glorieux et mystérieux, toute la conscience de cette civilisation enfouie sous la forêt vierge. Le pays du sourire m'enveloppe de sa douceur de vivre et de sa vigoureuse résistance aux épreuves les plus insoutenables. Comment ne pas réapprendre à sourire à la vie, malgré les quatre années de souffrances qui viennent de marquer mon existence ?
Fin du chapitre 1
 

Pour connaître la suite de l'histoire, rendez-vous le jeudi 21 juin 2007

Lire les pages précédentes : page 8 ; page 7 ; page 6 ; page 5 ; page 4 ; page 3 ; page 2 ; page 1

 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

 S'inscrire sur la liste des souscripteurs à la version papier

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 12:22
Bonjour à toutes et à tous,
 

Photo N°1 : La presse a largement couvert notre aventure. Merci à tous ces journalistes. A commencer par les quotidiens de notre région, la Bretagne. Ci-dessus, l'un des premiers articles de la Liberté du Morbihan, daté du 11 avril 1991. Le titre : « Tour du Monde de l’Enfance pour deux Morbihannais : passionnés de voyages, une jeune lorientaise, consultante en technologies de l’information, et un journaliste de Malestroit partiront en mai capturer sur pellicule l’enfance du tiers monde ».
 
 
 
Vous avez été nombreux à saluer la mise en ligne de cette nouvelle rubrique… et très impatients de connaître la suite de l’histoire. Chaque semaine, vous en découvrirez un peu plus. Quatorze mois d'une aussi extraordinaire aventure ne peuvent se dévoiler en un clin d’œil.
 
Avant d'entamer notre parcours au Guatemala, mettons l'accent sur la genèse et la préparation du projet. Nous avions décidé de partir. Soit. Un an au minimum. Avec pour fil conducteur l'Enfance et la réalisation de reportages photo, vidéo, écrit. Une décision estivale, bien que mûrie, en ce qui me concernait, depuis ma plus tendre enfance. L'idée avait germé dans nos esprits. Il restait à la mettre en œuvre, à finaliser l'itinéraire, les modalités du voyage, le budget. Le départ fut préalablement fixé le 14 février 1991, pour marquer notre projet commun du sceau de la Saint Valentin. Puisque nous avions établi de faire de ce voyage plus qu'une simple promenade, il nous a fallu en conceptualiser l’esprit et la démarche. Au-delà du choix de l'itinéraire et des préparatifs minutieux pour un aussi long parcours, nous avons compilé toute la documentation nécessaire pour appréhender les situations politique, économique et sociale de ces pays dans lesquels nous aurions à opérer.
 
Nous nous sommes attelés à la tâche : rédaction des dossiers de présentation de notre projet à l'intention des médias, des municipalités, des sponsors publics et privés. Un dossier par public visé, afin de détailler les apports de l'opération pour chaque partenaire potentiel. Nous avions au départ l'ambition d'associer des écoles, des collèges, des municipalités à notre démarche. En 1990, Internet en est encore à ses balbutiements. Le minitel est un terminal franco-français. Si aujourd'hui, il est aisé de communiquer depuis le bout du monde et de mettre en ligne textes, photos, vidéos, commentaires sonores, à cette époque, pourtant pas si lointaine, la logistique se révélait beaucoup plus contraignante. Nous avions donc besoin d'un coordinateur en France, chargé de recevoir documents, objets, écrits, photos, films, enregistrements son et de les proposer aux médias et à nos partenaires pour diffusion.
Nous souhaitions également obtenir l’assentiment d'une vingtaine de grandes municipalités quant à des partenariats avec leurs écoles, tout au long du périple. Nous envisagions de garder le fil avec les élèves de ces écoles, de leur adresser régulièrement différents documents, de répondre à leurs questions au fil de l'itinéraire, puis, à notre retour, de proposer aux municipalités-partenaires, aux écoles, aux associations et aux clubs pour les enfants, aux comités d’entreprises, etc, des conférences-projections, des expositions photos, des animations-débats, des échanges, jumelages, actions de soutien auprès des enfants du monde.
Pour animer ces rencontres, nous commencions à élaborer nos matériaux informationnels, notre carnet de route « Tour du Monde de l’Enfance », récit condensé pour chacun des pays traversés, de sa géographie, son histoire, ses hommes, son économie, ses curiosités, notre « courrier du bout du monde », racontant l'histoire d'un enfant, d'une famille, d'un personnage, d'un village ou d'une région pas comme les autres, des reportages vidéo et photo sur les écoles du bout du monde et la vie quotidienne des enfants.
Photo N°2 : Nous nous étions fixés une ligne de conduite : pas de sensationnalisme, pas de viol des intimités, pas de scoop. Nous voulions simplement être témoins, montrer le quotidien des enfants du monde, leurs modes de vie, leurs coutumes, leur vie ordinaire, aux mêmes âges et dans les mêmes situations que leurs petits camarades de France.
La présentation du projet, sa médiatisation, la recherche des partenaires ont mobilisé notre énergie. Patatras. Août 1990 marque le début de la première guerre du golfe, celle du président Bush père. Les partenaires sollicités manifestent intérêt certain et encouragements : « bravo pour votre initiative ». Mais nos demandes de partenariats demeurent lettres mortes. Entreprises et municipalités sollicitées subordonnent toute décision à l'issue du conflit.
Forts de notre idée, de notre conviction et de notre motivation, nous décidons de ne pas attendre, même si nous reportons notre départ de quelques mois. Nous rassemblons nos économies, déménageons de Paris, stockons nos meubles et affaires dans la cave d’une maison de famille en Bretagne, et optons pour l’autofinancement de la première phase de notre projet. Nos moyens sont modestes ? Nous nous adapterons. Nous souhaitons être proches des populations locales. Inutile de s’encombrer du superflu. Nous quitterons la France pour notre première destination, le Guatemala, le 2 juin 1991.
 
 
 
Suite de l'aventure du Tour du Monde de l'Enfance le mardi 19 juin 2007
 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
 
Evadez-vous vers les cinq continents
 
 
 
 
Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 10:26

Bonjour à toutes et à tous,

 

Retour à la rubrique scrapbooking  avec une double page pour ce dimanche électoral. Peut-être pourrions scrapper les portraits des candidats aux législatives finalement ? Et proposer de nouvelles affiches originales pour les prochaines élections ?

 

 

Photo N°1 : une double page sur un bazill couleur safran, des papiers aux teintes vives reprenant celles des photos, la technique du color blocking pour dynamiser le tout : voici les ingrédients de cette nouvelle recette.

 

Je vous emmène en direction de la Martinique, et d'un petit port de pêcheurs dont je vous avoue ne plus me souvenir du nom. C'était le premier janvier 2000, et je m'étais régalée avec ces clichés hauts en couleur. C'est avec autant de plaisir que j'ai utilisé ces papiers aux couleurs vives assorties aux teintes des photos. J'ai réalisé cette double page dans le cours de Gaëlle Morio, Vannes (56).

 

 

Photo N° 2 : Avec de tels choix de couleurs, le titre était tout trouvé : "Couleurs de la Martinique"

 

     

 

Photo N°s 3 et 4 : pour les titres de cette première page, j'ai opté pour deux types de lettres. Tout d'abord pour les mots "de" et "Martinique", j'ai choisi des Puffy stickers de la marque American traditional designs. Pour les mots "couleurs" et "la", j'ai utilisé des rub-ons de la marque Decadry.

 

                   

 

Photo N°s 5 et 6 : la date (1er janvier 2000) et les titres (Océan de lumière) de la deuxième page sont composés de rub-ons avec des polices de caractères différentes pour chaque mot.

 

 

Photo N° 7 : j'avais presque oublié le zoom sur la deuxième page.

 

Voilà pour aujourd'hui. N'oubliez pas qu'un petit commentaire ou encouragement fait toujours plaisir et incite à poursuivre dans la voie que l'on s'est fixée. A très bientôt...

 

 

Soyez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vous souhaitez voir mes précédentes réalisations en scrapbooking ?

.Moi, Fabienne B., auteure libre, éclectique et passionnée du blog des Voyageurs du Nouveau Monde

.Scrapbooking et voyage : les fleurs de la Martinique

.Cartes en scrap pour 70 bougies

.Scrap et cartonnage : mini-album pour 70 bougies

.Scrapbooking et voyage = ma première page de Book of Me !

.Voyage et scrapbooking : les enfants pauvres du Cap Vert

.Scrapbooking : voyage au Kinnaur et au Spiti

Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

 

Partager cet article
Repost0

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...