Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 11:22

 

Jour 4 : jeudi 11 octobre 2007

 

Bonjour à toutes et à tous

 

Ce jour est consacré à l'amour, au chakra du coeur, à la beauté. Nous sommes à Agra depuis hier soir, après notre visite à Fatehpur Sikri. Du grand-père l'empereur moghol Akbar au petit-fils l'empereur de même lignée Shah Jahan, nous voguerons de la tolérance à l'amour éternel. En cette troisième journée de notre périple, nous nous levons aux aurores. Objectif : admirer le lever de soleil sur le Taj Mahal. Le second objectif de la journée consiste à admirer le coucher de soleil sur le même monument !

 

 

Photo N°1 : voir le Taj Mahal et mourir. Du toit-terrasse de l'hôtel Kamal, sis dans le quartier de Taj Ganj à 5 minutes de l'édifice, nous savourons ces premières heures de la journée face à l'un des plus somptueux monuments de notre belle planète. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

L'hôtel est situé à 5 minutes du Taj Mahal. Il s'est doté d'une terrasse, et jouit ainsi d'une situation exceptionnelle puisqu'il n'y a aucun autre immeuble, du moins plus haut, entre lui et le Taj Mahal. Nous avons calculé l'heure du lever de soleil, les instants magiques et si précieux pour les photographes où le marbre s'enflamme des couleurs saumonnées de l'aube. Il est 6h45, nous arrivons devant les guichets d'entrée du Taj. Les autorités indiennes ont considérablement relevé les tarifs de leurs tickets d'entrée pour certains sites. Le Taj Mahal, fleuron du tourisme indien, en fait partie. 750 roupies l'entrée pour les touristes, soit 15 euros. Les locaux, eux, ne doivent s'acquitter que de 20 roupies, soit 40 centimes d'euros. S'il me semble normal, eu égard à la différence de nos niveaux de vie respectifs, que les étrangers payent plus, peut-être faudrait-il songer à ne pas tarir la rivière d'argent, tant en Inde que dans de nombreux autres pays. Cela me rappelle le Vietnam et la ville de Hué, par exemple, où l'étranger devait s'acquitter (en 1995) de 50 francs (environ 8 euros) pour la visite de chaque tombeau. Résultat, l'étranger sélectionne ses tombeaux, en visite un, deux tout au plus. Vaut-il mieux des sites déserts que des sites dont le tarif redevient raisonnable pour l'étranger, et donc fréquentés ?

 

 

Photo N°2 : les couleurs des saris et l'animation engendrée par les déambulations des milliers de visiteurs quotidiens ajoutent à la splendeur du site porteur d'éternité le souffle de la vie. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

Le Taj Mahal est un hymne à l'amour éternel. La reine Mumtaz Mahal, avant de s'éteindre en mettant au monde le quatorzième enfant de son union avec l'empereur moghol Shah Jahan, fit promettre à son époux de lui faire édifier un tombeau qui proclamerait au monde entier leur amour. 22 ans furent nécessaire à l'édification de ce monument. 22 : ce maître-nombre symbolise la construction pour les autres, pour l'humanité, pour l'univers, pour l'amour. Un être (un édifice ???) qui naît sous la vibration du 22 peut, s'il évite les pièges et surmonte les obstacles, servir l'humanité par ses incroyables énergies de maîtrise de la matière. Les travaux débutèrent en 1632. 20 000 ouvriers oeuvrèrent à la construction, sous la houlette de l'empereur en personne. Le plan se réfère au concept islamique du paradis : le carré sur lequel se dresse le Taj Mahal représente l'univers matériel, l'édifice principal, octogonal, la phase transitionnelle, le dôme, la voûte céleste, unissant ciel et terre.

 

 

Photo N°3 : Lorsque l'on pénètre sur le site du Taj Mahal, si l'on est à l'écoute des rayonnements du lieu, notre chakra du coeur est immédiatement touché, comme par une flèche invisible. Cette flèche, tout au long de la visite, et bien au-delà de la durée de celle-ci, s'attachera à ouvrir ce chakra de manière à laisser éclore le joyau qu'il renferme : notre capacité à aimer, mais aussi (avant toute chose ?) à nous aimer, de manière inconditionnelle. L'être humain recherche sans cesse l'amour des autres, et agit souvent dans ce seul but. A contrario, la plupart du temps, de ses propres inspirations et aspirations. L'équilibre entre s'aimer et être aimé d'autrui est un art qui s'enseigne et s'enrichit au fil des découvertes et des réminiscences des temps et des lieux. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

Le tarif d'entrée du Taj s'entend pour une seule visite dans la journée. Impossible d'entrer le matin pour admirer l'édifice au lever de soleil, de ressortir pour visiter les autres monuments de la ville et de revenir en fin d'après-midi pour le coucher de soleil... à moins de repayer une seconde fois le ticket d'entrée. Nous décidons donc de nous délecter des couleurs de l'aube depuis le toit-terrasse de l'hôtel, et de n'entrer dans le site qu'en milieu d'après-midi.

 

 

Photo N°4 : L'entrée de l'Itimad-ud-Daulah, surnommé le Baby Taj. Marbre, incrustation de pierres précieuses, sérénité, pureté, solennité. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

Pour l'heure, Françoise nous entraîne, Patricia et moi, en quête de son ami indien Lucky, rencontré lors d'un voyage précédent. Elle demande, ça et là, aux conducteurs de rickshaws en attente de touristes. Soudain, l'un d'eux lui répond : "oui, oui, je le connais. Attendez un instant, je reviens". L'indien est parti téléphoner. Quelques échoppes ont un téléphone, voire une cabine téléphonique. Il parle quelques secondes. Revient en souriant. Lucky sera là dans une dizaine de minutes. Il arrive, très vite, sur une moto empruntée à un ami. Les retrouvailles sont émouvantes. Nous nous mettons un peu en retrait. Lucky nous accompagnera toute la journée dans la visite d'Agra. Souriant. Toujours souriant. Nous louons deux rickshaws. Et partons à la découverte de la cité. Nous donnons du temps au temps, ne souhaitant pas absolument tout voir à Agra, d'autant plus que nous y sommes déjà venues. Cette fois, nous décidons de visiter le mausolée de Mizra Ghiyas Beg, ministre en chef de l'empereur Jahangir, fils d'Akbar et père de Shah Jahan. Surnommé le Baby Taj, ce tombeau dénommé Itimad-ud-Daulah, rappelle l'architecture du Taj, et fut le premier édifice moghol entièrement en marbre.

 

 

Photos N°5 et 6: L'Itimad-ud-Daulah, surnommé le Baby Taj. Le marbre dans toute sa splendeur. Perspectives et détails. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

Sous le soleil de plomb du milieu de journée, nous remontons à bord de nos rickshaws, en direction du Mehtab Bagh, de l'autre côté de la rivière Yamuna, déjà asséchée deux mois après la fin de la mousson. Nous ne visiterons pas ce parc, mais pourrons admirer le Taj Mahal sous un autre angle. Nous pourrions jouir de ce spectacle inlassablement. Demain, déjà, il nous fardra reprendre la route, et laisser derrière nous ce chef d'oeuvre de beauté sublime, d'harmonie, d'amour enflammé et d'intemporalité. Le Taj Mahal fut, est et sera une oeuvre hors du temps, et digne des plus grands architectes pour la beauté des édifications humaines.  

 

 

Photo N°7 : De l'autre côté de la Yamuna, une vue imprenable sur le Taj Mahal. Le silence en sus. Car de l'autre côté de la rive, les touristes prennent le Taj d'assaut. Agra, Uttar Pradesh, octobre 2007.

 

 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
 
Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
 
 
 
http://www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 11:11

 

Jour 3 : mercredi 10 octobre 2007

Bonjour à toutes et à tous,

 

Ce matin, nous quittons Dehli. En route pour une nouvelle aventure. Direction Agra, et son mondialement connu Taj Mahal. Nous embarquons dans le Taj Mahal Express. Il est 7h15. Gare de Nizam-ud-Din Railway. 200 kilomètres et 2 heures 30 à 3 petites heures de trajet sont au programme de cette première étape de notre périple. Dans un si grand pays dans lequel les temps de déplacement sont d'une élasticité capricieuse, cet apéritif version modèle réduit constitue une excellente entrée en matière.

Les gares se posent toujours en parfait champ d'observation de la vie locale, tout comme les berges des fleuves et rivières. En Inde, la patience figure au top five des maîtres-mots. L'on s'assied sur ses pieds, l'on converse avec son voisin de trajet, l'on dort aussi. Allongé à même le quai, une maigre couverture, un sari, un simple tissu recouvrant corps et visage. Dans ces pays qualifiés par les occidentaux de "moins développés" que les leurs (nous pourrions consacrer un billet d'humeur sur la notion de développement) , les autochtones disposent d'un génie absent de nos sociétés : en un tournemain, ils trouvent toujours une solution à n'importe quelle problématique. Nous y reviendrons.

Photo N°1 : Buland Darwaza, ou "porte de la Victoire" ouvre sur la Jama Masjid (la mosquée de Dargah) de Fatehpur Sikri. Octobre 2007.

A l'arrivée à Agra règne la confusion. A quelle gare descendons-nous ? Celle d'Agra Cantonment est la plus proche du centre, celle d'Agra Fort, la plus proche du quartier du Taj Mahal, où se situe notre hôtel. Nous descendons à la première, par erreur. Laquelle n'aura finalement aucune incidence. En effet, nous avons tous décidé de partir immédiatement pour Fatehpur Sikri. Un moment, Françoise et Patricia avaient envisagé de se rendre à Mathura et Vrindavan. Mathura, à 58 kilomètres au nord-ouest d'Agra, serait le lieu de naissance de Krishna et celui de son enfance. Il est aussi dénommé Braj Bhoomi, le "pays de l'Amour éternel". Rappelons les hindous considèrent Krishna comme l'une des incarnations de Vishnu, une des trois représentations de Brahman, l'éternel, l'incréé et l'infini. Brahman, source de toute forme de vie, a trois représentations, Brahma, Vishnu, Shiva. Brahma est actif dans la création de l'univers, et méditant le reste du temps, Vishnu est le protecteur, celui qui fait du bien, Shiva détruit, pour que la reconstruction soit possible. 

 

Photos N°s 2 et 3 : Enfants travailleurs, pour contribuer à l'économie familiale précaire, mais enfants joueurs, aimant prendre la pose et jouer les stars d'un instant avec le photographe de passage. Fatehpur Sikri, octobre 2007.

J'allais me laisser (volontiers) entraîner par mes compagnes de voyages dans une expédition vers Mathura et Vrindavan, quand je pris conscience que mes pas devaient me conduire à Fatehpur Sikri. Ne connaissant ni l'une ni l'autre de ces destinations, cela m'importait peu. En outre, depuis mon premier voyage "initiatique" en 2001, au Népal, au sortir d'une maladie (de Hodgkin, voir mon roman "La Patiente") qui aurait pu m'emporter vers les rivages de la mort, j'avais pris l'habitude de me laisser guider par mon être intérieur, au grand dam, parfois, de mon ego qui aurait volontiers opté pour un choix plus à... son image. Mon être intérieur, que d'aucuns dénomment maître intérieur, âme, soi supérieur, intelligence supérieure, guide, dieu intérieur... se manifestait sous des formes diverses : la pensée intuitive, à ne pas confondre avec la pensée ordinaire, les rêves, l'hyperintuition, les signaux et douleurs du corps, les synchronicités, les micro-événements de chaque instant, les "coïncidences" (je préfère les appeler "convergences temporelles"), les obstacles rendant les décisions inopérationnelles, ou, au contraire, les "tapis rouges" déroulés lorsque nous sommes sur la voie ad hoc. En voyage, avide de liberté d'expression et d'élévation de mon niveau de compréhension du monde et de ses mystères, mon être intérieur, comme l'intégralité de mon être, s'en donnait à coeur-joie et rivalisait de facéties en tous genres pour m'indiquer le programme de chaque journée.

 

Ce mercredi 10 octobre 2007, mon être intérieur avait donc décidé que je me rendrais à Fatehpur Sikri. J'avais déjà eu le plaisir et la grande émotion de découvrir en septembre 2004 le mausolée du Taj Mahal, ce merveilleux cadeau d'amour posthume de l'empereur moghol Shah Jahan à sa seconde épouse Mumtaz Mahal, décédée en 1631 en mettant au monde leur quatorzième enfant. Mon âme m'invitait cette fois à visiter l'oeuvre du grand père de Shah Jahan, l'empereur Akbar.

Photo N° 4 : derrière ces sculptures de marbre finement ciselées du coeur de la mosquée, les femmes pouvaient voir sans être vues. Fatehpur Sikri, octobre 2007.

Fatehpur Sikri fut la capitale moghole sous le règne d'Akbar, de 1571 à 1585. Faute de possibilités d'irrigation suffisantes, et malgré sa beauté architecturale, la cité fut abandonnée peu après la mort de l'empereur. Pour s'y rendre, nous optons pour le bus local, fenêtres ouvertes, brinquebalant sur les routes et chemins cahoteux. Dans ces modes de transport, j'assume le poids de mon sac photo-vidéo. Celui-ci ne quitte jamais mes cuisses, généralement plus rembourrées et stables que le sol des véhicules. Sauf lorsque le siège d'à-côté est libre et... en bon état, ce qui n'arrive pratiquement jamais. Dans ces pays, l'on s'entasse plus que l'on ne s'étale. Non seulement, les sièges sont conçus pour des gabarits nettement plus petits et minces que les nôtres, mais en plus l'on s'agglutine à trois ou quatre sur des banquettes initialement prévues pour deux personnes. Et cela, sans rechigner. C'est la seule solution si l'on veut se déplacer. Les occidentaux prennent une place et demie à eux seuls doivent souvent susciter la risée, voire l'agacement des autochtones. Surtout lorsque, en plus, ils veulent garder leurs sacs sur leurs genoux...

Photo N° 5 : Comme partout ailleurs aux abords des lieux touristiques indiens, chacun s'emploie à gagner les quelques roupies qui garantiront les repas quotidiens. Parfois sangsues, parfois enjôleurs, qui les blâmeraient, malgré, de temps à autre, un ostensible agacement chez les touristes ?

Lorsque je pénètre dans l'enceinte de la mosquée de Fatehpur Sikri, tout respire la tolérance à l'égard des courants de pensée symboliques des siècles précédents. La vie semble s'être arrêtée à l'image que l'empereur Akbar avait voulu véhiculer par la construction de cette cité de grès rouge. Tolérance. La leçon du jour invite à la tolérance, à l'égard de tous les illuminés de toutes expériences. Mais elle invite également à l'extrême prudence. Au fil des millénaires, certains groupes humains ont élaboré de véritables maillages neuronaux quadrillant la pensée de l'humanité et la cantonnant dans des schémas de pensée fallacieux et à leurs seuls profits, détournant nombre de philosophies et d'éclairages de certains êtres de lumière au seul profit du nouveau "dieu" de la terre et de ses habitants : l'argent. Qui se présente à Fatehpur Sikri nourrira ses réflexions de la nécessaire tolérance à l'égard de tous ceux qui hissent, d'une part, leur capacité de compréhension des problématiques terrestres et humaines, et, d'autre part, leurs comportements et actes en découlant, au delà des frontières dans lesquels nous cantonnent ces groupes d'influence et de prescription de la vilénie et de la bassesse.

Photo N° 6 : lorsque chaque être, au delà des croyances inculquées depuis des millénaires, interrogera son être intérieur pour déceler, pour sa propre vie, quels règles et enseignements il doit garder (ou rejeter) pour s'accomplir sur terre, peut-être cessera-t-il de rechercher les responsabilités de ses échecs et de ses peines à l'extérieur ?

"Akbar, considéré comme le plus grand empereur moghol, était un dirigeant sage et épris de justice, croyant dans le principe de Sulh-i-Kul (la paix pour tous)", mentionne le Lonely Planet sur l'Inde du Nord. "Célèbre pour sa tolérance envers les autres religions, il inventa une philosophie, le Din-i-llahi (la foi en Dieu), qui reconnaissait la vérité commune à toutes les religions", poursuit le rédacteur de l'ouvrage. Il fit donc ériger une cité parfaite dans le désert, symbole du Din-i-llahi : Fatehpur Sikri. 

 

  

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
 
Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
 
 
 
http://www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Repost 0
Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
commenter cet article
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 00:11

 

Jour 2 : mardi 9 octobre 2007

Bonjour à toutes et à tous,

Nous sommes arrivés sans encombre à Dehli. Atterrissage vers minuit. Une heure pour récupérer les bagages, changer nos euros en roupies (1 euro = 55 roupies). Puis une heure de taxi en direction de Paharganj, le quartier touristique des hôtels et restaurants. Les chauffeurs de taxi disent toujours connaître votre destination. Mais, à l'approche du quartier, ils demandent immanquablement leur chemin. Qu'importent les moyens, l'essentiel est d'arriver à bon port. Et ce soir là, en l'occurence, à bon lit, sur lequel nous pourrons clore cette longue journée à 4 heures du matin.

 

Photo N°1 : Birla House, construite en 1928.

 

Ce mardi, nous sommes donc à pied d'oeuvre. Au programme de ce premier jour, Birla House, la maison dans laquelle le Mahatma Gandhi passa ses 144 derniers jours. Si vous souhaitez vous y rendre, demandez le Gandhi Smitri à n'importe quel rickshaw. Je viens à Dehli pour la troisième fois. Et mes compagnons de voyage au moins autant, souvent plus. Ne vous attendez donc pas à une visite guidée de Dehli. Juste à un gros plan sur cette maison de douze pièces transformée en musée.

 

 

Photo N°2 : la chambre de celui que les indiens appelaient affectueusement Gandhiji ou Bapu (père).

Mohandas Karamchand Gandhi naquit le 2 octobre 1869 (un jour 27/9, pour les férus de numérologie) à Porbandar, dans le Gujarat. Il fut assassiné le 30 janvier 1948 par Ram Naturam, un fanatique hindou, dans le jardin de Birla House, en présence d'un millier de ses adeptes. Il se rendait à la pagode d'été de sa dernière résidence, pour ses prières du soir. Il avait 78 ans. Pour lire le récit de ses derniers instants, publié par United Press International, c'est ici.

 

Birla House porte donc les mémoires et les émotions des derniers instants de celui qui s'engagea sa vie durant dans une lutte contre les discriminations dans un esprit de non-violence. Le 15 août 1947 (un jour universel 35/8), l'Inde accéda à l'indépendance, et fut séparée en deux pays, l'Inde et le Pakistan, au grand dam de Mohandas Gandhi. Le Mahatma prônait la tolérance et une Inde unie. Pour retrouver les grandes dates de sa vie, c'est là.

 

 

Photo N°3 : à l'intérieur de la maison, -presque- plus vraies que nature, ces deux statues représentant le Mahatma Gandhi et son épouse saisissent par leur présence et le rappel de la mémoire de la grande âme. 

Devant la stèle où Gandhi rendit son dernier souffle, je me recueille quelques instants. Je suis seule. Tout à l'heure, de nombreux indiens étaient venus rendre hommage à Bapu. L'univers m'accorde de précieux moments d'intimité avec la mémoire de ce lieu. Soudain, j'entends : "tu dois regarder au delà des limites du temps". Poursuivant ma méditation, je "vois" la planète terre, d'en haut, puis des fils de lumière la reliant à l'espace, aux autres planètes. Apparaît ensuite un sablier, mais dont la partie inférieure, tournée vers la Terre, est beaucoup plus petite que la partie supérieure, tournée vers... le Ciel et le reste de l'univers. Je ressens encore les terreurs de l'assassinat. Dans le vol qui nous conduisait de Vienne à Dehli, ma gorge s'est bloquée, jusqu'à une quasi extinction de voix. Pourquoi les Hommes ne peuvent-ils pas exprimer ce qu'ils sont dans la profondeur de leur idendité véritable ? Ce voyage va-t-il me donner la force de dire qui je suis, et de laisser libre cours à l'expression de mes interprétations des événements ?

 

 
 
Photo N°4 : à proximité de la pagode où il se rendait pour sa prière du soir, Gandhi est assassiné de trois balles de revolver. Ses derniers pas sont matérialisés par des pieds moulés dans du béton, et mènent à la stèle érigée sur le lieu même de son assassinat.
Je laisse au Mahatma Gandhi le mot de la fin.
 
 
 
Photo N°5 : non-violence, vérité, tolérance pour la libération d'un pays du joug colonial...
 

 
 
 
Photo N°6 : Dans le jardin, à gauche de la maison, le gong pour la paix dans le monde.
 
 
 
 
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
 
Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
 
 
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 00:11

 

Jour 1 : lundi 8 octobre 2007

 

Bonjour à toutes et à tous,

"5h du mat, j'ai des frissons". Aujourd'hui je m'envole pour Dehli, et je fête mes 26 ans de voyage (sur bientôt 45, ce n'est pas si mal). Ce voyage marquera la fin de mon 5e cycle de vie (de 36 à 45 ans), celui de la transformation. L'avion décolle à 9h40, direction Dehli via Vienne. L'an dernier, j'avais emprunté la même ligne, mais mon sac à dos m'avait fait faux bond en Autriche. A l'arrivée en Inde, un seul sac manquait au rendez-vous, le mien. Comme rien n'arrive par hasard, je m'étais empressée de comprendre pourquoi il était resté coincé à Vienne. J'ai des souvenirs d'une vie antérieure au château de Schönbrünn, dans la capitale autrichienne. En écoutant une valse de Strauss un jour, les images se sont superposées à la musique. Parfois on laisse ou on oublie de reprendre ses bagages d'une vie à l'autre...

Photo N°1 : comme toute chose, un voyage a un début et une fin, et aussi (surtout ?) une suite. Le mien a débuté non pas ici, sur le quai du métro à Issy-Les-Moulineaux, mais en juin 2004, au centre bouddhiste de Plouray, lorsque, ignorante à l'écoute des "aventures" d'un personnage indien du 8e siècle, je commençai à m'enquérir de l'identité et de la vie de Padmasambhava, alias Guru Rinpoche. C'était au coeur de la Bretagne. Depuis lors, ce vénérable personnage me "guide" dans mes déplacements vers les régions tibéto-bouddhistes de l'Himalaya, tout comme un certain Ramsès II "m'accompagne" lorsque je me rends en Egypte... Merci à eux deux, et à tous les autres qui se penchent sur ma petite vie de terrienne...

Il est 5h45, et, pour l'heure, je ne frissonne pas car le métro est plutôt désert. Je pars. Pour l'Himalaya. Pour le Sikkim. Si ce voyage nous conduit vers la plaine du Gange et le Sikkim, je sens bien que la seconde partie représente l'essentiel de mon voyage. J'ai longtemps hésité entre l'Egypte et l'Inde. Finalement, je crois que cette aventure me mènera à la fois en Inde et en Egypte. Il n'est pas nécessaire de se rendre physiquement dans un lieu pour y vivre des expériences, pour en ressentir les vibrations ni pour en lire les mémoires. L'âme a cet avantage sur le corps et sur la conscience ordinaire qu'elle ne s'impose aucune limite de temps ni d'espace. Elle passe d'un espace-temps à l'autre, d'un pays à l'autre extrémité de la planète, du système solaire et des autres galaxies en une fraction de milliseconde (s'il fallait donner un point de repère).

Mon corps est dans le métro. Quant à mon âme, que me prépare-t-elle pour ce voyage vers les plus hauts sommets de l'univers ? Le Kangchenjunga, sommet principal du Sikkim, caresse le ciel à 8586 mètres. Point culminant de l'Inde, ce sommet est le troisième plus haut du monde, après l'Everest (8844 mètres, frontière tibéto-népalaise) et le K2 (8611 mètres, frontière sino-pakistanaise). Si le Sagarmatha (nom népalais de l'Everest) signifie le "front du ciel" en sanskrit, et "la déesse de l'univers" en tibétain, le Kangchenjunga évoque les "cinq trésors de la neige", car il regroupe cinq sommets. Lors du trek du "Sanctuaire des Annapurnas", au Népal, nous avions tourné autour du Machapuchare. Je m'étais longuement et avec délice imprégnée de son énergie. La simple évocation visuelle de ce sommet, durant de longs mois après mon retour en France, me permettait d'en retrouver l'énergie et la puissance. Pour moi, mais aussi pour la transmettre à ceux de mon entourage qui le désiraient (et surtout qui considéraient cette transmission possible). Cette fois, nous allions côtoyer les "cinq trésors de la neige" à maintes reprises.

Photo N°2 : où mes pieds (et mes pas) me conduiront-ils cette fois ? Depuis 2001, année de mon voyage au Népal (j'allais dire de mon premier voyage au Népal), chaque périple est initiatique. Depuis que je ressens l'énergie des lieux et des êtres, des plantes et des pierres. Je ne vois plus seulement, "j'entends" les paroles des murs et des personnages qui ont fréquenté ces lieux, et je "ressens" leurs émotions. Alors mieux vaut avoir de bonnes chaussures (n'est-ce pas Joëlle ?) pour aller à la rencontre de tous ces lieux et personnages.

Depuis 2001, je suis souvent repartie vers les sommets himalayens. J'ai eu le plaisir de découvrir le Népal en 2001, le Ladakh en 2004, le Kinnaur-Spiti en 2006 et, donc, le Sikkim en 2007. Chacun de ces voyages m'a aidée à élever mon énergie, et, je l'espère, ma conscience. J'ai retrouvé, à l'occasion de chacun d'entre eux, des mémoires, des lieux, des personnages de mes vies passées. Ce voyage vers la plaine du Gange et le Sikkim, je le prépare activement depuis près de deux mois. Dans une ambiance de travail et de réflexion sur les fausses croyances, les faux symboles, les faux-maîtres et les contre-vérités sur certains personnages et certaines tranches d'Histoire. En un mot, sur les manipulations en tous genres subies (ou acceptées) par la gente humaine à travers le temps. Vaste sujet, s'il en est, mais je sens bien depuis longtemps (depuis toujours ?) qu'un certain nombre de vérités ne sonne pas juste. Ce n'est que le 16 août, un jour personnel 5, sous le signe de la libération intérieure, du changement et d'un grand mouvement vers la liberté d'expression (j'allais dire sursaut), que je compris la destination de l'année 2007 : le Sikkim, la suite de mon "pélerinage" sur les traces de Padmasambhava.

Photo N°3 : un nouveau clin d'oeil pour Joëlle. "Pour bien voyager, ménage ta monture, et ton pauvre dos qui porte déjà toutes les misères du monde". (Pas le tien spécialement, Joëlle, ceci est un message pour tous). Bizarre, non, cet exemplaire des Echos, alors que je pars en quête d'essentiel, de transparence, de vérité, de paix et de compassion ??? C'est un cadeau au Salon de la Photo, où j'ai quasiment passé le week-end (merci à Chasseur d'Images, mon magazine photo favori et à ses entrées gratuites). L'autre cadeau du salon est dans mon sac (pas celui-là, l'autre) : un réflex numérique, pour me faire plaisir, parce que la vie sur terre ne devrait être que plaisir des yeux, des sens de l'âme. Eh, non, je ne me suis pas noyée dans le Gange, donc personne ne va hériter du réflex pour l'instant !!! Qu'on se le dise !!!

L'époque actuelle est délicate, car nous sommes les figurants d'une partie d'échec planétaire. Les blancs contre les noirs, avec un roi, une reine et une ribambelle de pions dans chaque camp. Beaucoup ignorent encore leur rôle, et le camp auquel ils appartiennent. Dans cette partie là, il n'y a aucune alternative : les blancs doivent l'emporter, sinon... Ce sera chose faite si chacun se sent responsable de sa vie, de ses échecs, de ses difficultés, si chacun tente de se reconnecter à son être intérieur, si chacun oeuvre au discernement et au décryptage des événements. Mais le message de mes chers guides était sans appel : "tu dois croire en l'avenir, toujours. Pour reconstruire c'est une condition essentielle". Vaste programme. Le calendrier Maya se termine fin 2012. Et après ???

 

Métro jusqu'à Montparnasse. 6h30, le bus m'emmène vers Roissy. 8h15, je découvre les premiers membres du groupe : Kevin, Laurence, Dominique, Henri, Jean-Paul, Joëlle. Puis Karine. Patricia et Françoise viennent de me téléphoner. Elles auront un tout petit peu de retard. Mais elles seront à l'heure, comme nous tous. Déjà, le courage, la volonté, la détermination émanent de ce groupe. Les signes ne trompent jamais. Nous décollons, pile à l'heure. Encore un indice. Mes premières réflexions portent sur la liberté d'expression. Celle que nous avons perdue au fil du temps, malgré ces apparences de pseudo-démocratie. A Vienne, Françoise et moi nous penchons sur les chemins de vie et les années personnelles des membres du groupe, lorsque nous consultons la feuille mentionnant les dates de naissance. Deux chemins de vie 3, deux 7, deux 8, un chemin de vie 1, un 6, un 9. Quant aux années personnelles, il y a trois 8, deux 5, deux 1, un 22 et un 9. La prédominance du 8 nous donnera l'énergie nécessaire à notre mission collective.

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
 
Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
 
 
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 00:11

 

Bonjour à toutes et à tous,

Merci de vos premiers commentaires et encouragements en bas de ces premiers articles et dans les mails que vous m'avez adressés. Je poursuis aujourd'hui avec cet article pratique sur la documentation collectée sur le Sikkim, avant le départ, et pendant le voyage. En effet, les guides sont rares sur le sujet, du moins en France. Il y a bien sûr un chapitre sur le Sikkim dans le Lonely Planet sur l'Inde du Nord et dans le Guide du Routard sur l'Inde du Nord également. Mais contrairement au Ladakh, par exemple, je n'ai pas trouvé de guide dédié au Sikkim. Ce blog étant un espace d'échanges, et ce carnet de voyage dédié à tous les voyageurs qui désirent se rendre dans la plaine du Gange et au Sikkim, à ceux qui s'y sont déjà rendus et à tous les autres, merci à ceux d'entre vous qui pourraient compléter les informations de cet article de déposer un commentaire en bas de ce texte mentionnant les sources documentaires dont ils disposent. Ce blog est assez bien référencé dans les moteurs de recherche, et en particulier dans Google, et les futurs voyageurs vers le Sikkim auront de fortes probabilités d'accéder à ce carnet de voyage.

Tout d'abord, je remercie l'office du tourisme de l'Inde à Paris de sa diligence et de sa générosité. En 48 heures après un appel téléphonique, puis, sur les conseils de mon interlocutrice, un mail décrivant l'objet de ma demande et les régions visitées en Inde, je recevai une documentation assez conséquente et agréable à l'oeil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 pages 1/2 sur Darjeeling et le Sikkim. En français. L'information y est succinte, mais a le mérite d'exister. Des hôtels y sont mentionnés, tant à Darjeeling qu'à Gandtok. Si certains me semblent largement dépasser les budgets des voyageurs "budget" (de 2500 à 4000 roupies, soit environ 50 à 80 euros), d'autres affichent un tarif plus abordable (400 à 650 roupies, soit 8 à 11 euros). On y trouve également le descriptif des principales fêtes se déroulant au Sikkim : Pang Lhabsol (commémoration de la calotte de neige du Kanchenjunga, en août-septembre) ; Lossong (nouvel an sikkimais, entre décembre et janvier), à ne pas confondre avec le Losar (nouvel an tibétain, fin janvier-début février), Dassera (fête populaire hindoue, première ou seconde semaine d'octobre) ; Dipavali (festival des lumières en hommage à la déesse de la richesse et la prospérité Laxmi, célébré la 3e semaine d'octobre ou 1ere de novembre) ; Poshsakrantin (fête hindoue de fin de moisson, 2e semaine de janvier).

 

 

 

30 pages dans un format de poche sur Darjeeling, Gandtok et Kalimpong. En anglais. Pour chacune de ces trois villes, on y trouve une présentation d'introduction succinte de leurs atouts, puis des informations sur le climat et la meilleure saison pour s'y rendre (avril à mi-juin ET septembre à novembre pour Darjeeling ; mars à fin mai ET octobre à mi-décembre pour Gandtok), les moyens d'accès, les agences de trek et d'excursion, les hôtels, les visites à effectuer, des propositions d'itinéraires en fonction de la durée du séjour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22 pages sur le Sikkim dans ce document sur l'Inde du Nord-Est. En anglais. Le plus complet des documents fournis par l'office du tourisme. Décrit les lieux à visiter, les itinéraires possibles, les fêtes et festivals, les itinéraires de treks, les balades en hélicoptère (de 1200 roupies pour survoler la capaitale Gandtok durant 20 minutes à 6250 pour 90 minutes au dessus du Kanchenjunga). Hôtels, carte, coordonnées des offices du tourisme. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très belle brochure générale sur l'Inde, avec une carte distinguant les 28 provinces du sous-continent. Elle contient une liste assez impressionnante des fêtes et festivals de musique du pays, une triple page sur les parcs nationaux et animaliers, une double page d'informations pratiques.

A propos d'informations pratiques, et sans reprendre l'intégralité de celles que vous trouverez dans les guides et/ou documents ci-dessus, en voici trois :

Le prix du visa à entrées multiples, valable 6 mois, s'élève à 50 euros.
Fin octobre 2007, 1 euro équivalait à 55 roupies.
Le décalage horaire est de + 4h30 en hiver et de + 3h30 en été.

On peut également se procurer sur place des ouvrages très complets et intéressants. Ils sont tous en anglais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce très beau livre de Alok K. Shrivastava, proposé avec une couverture rigide (400 roupies -7,5 euros) ou souple (300 roupies - 5,5 euros) est édité par le département du tourisme du gouvernement sikkimais. On peut se le procurer à l'office de tourisme de Gandtok (et peut-être dans les autres offices du tourisme, mais je n'ai pas testé cette possibilité). Il décrit la 22e province indienne, son peuple (lepchas, bhutias, népalais), ses coutumes, son artisanat, sa faune, sa flore, ses monastères bouddhistes, ses sommets, ses lacs sacrés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme indiqué sur la couverture, voici un guide de poche de 32 pages, en anglais, décrivant les principaux lieux à visiter au Sikkim. Coût : 40 roupies, soit 80 centimes d'euros environ.... En face de chaqu page de texte, une page contenant deux photos. Dans la même collection et le même format, il existe un livret de photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce dépliant contient au recto, des descriptifs des principaux lieux d'intérêt du Sikkim, et, au verso, différentes cartes (de Gandtok, des routes et des chemins de treks de la province, du Sikkim). 40 roupies également, à l'office du tourisme de Gandtok.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un guide de voyage complet et illustré de photos avec une proposition d'itinéraire sur 12 jours. En anglais. 395 roupies, soit 7,5 euros.

 

 
Un guide très intéressant sur le Sikkim avec beaucoup de textes. Il me fait penser aux guides Autrement. 695 roupies, soit environ 13 euros.
Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
 
Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
 
 
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 00:22

 

 

Bonjour à toutes et à tous,

Quelques conseils pratiques avant un départ pour le Sikkim. Je ne vais pas reprendre les informations des guides de voyage, je vous laisse le soin de les consulter. Par contre, je veux attirer votre attention sur les précautions à prendre lors du dépôt de demande de votre visa.

Tout d'abord, sachez qu'il y a généralement foule le matin très tôt devant l'ambassade de l'Inde à Paris qui ne délivre parfois les visas qu'au compte-gouttes. Pensez donc à vous lever de très bonne heure, et à venir attendre votre tour devant les grilles du consulat d'Inde dès 6h-7h. Si vous êtes chanceux, un ticket vous sera délivré, sésame indispensable pour déposer votre dossier de demande de visa le jour même. Sinon, vous reviendrez le lendemain, et ainsi de suite jusqu'à ce que vous ayez obtenu votre sésame.

Photo N°1 : Veillez à prendre une marge suffisante avant votre départ pour l'obtention de votre visa auprès du Consulat d'Inde, surtout en période de grande affluence en Inde (à partir d'octobre-novembre), et vérifiez que votre visa porte la mention ad hoc pour votre entrée au Sikkim.

Si vous habitez en province, vous pouvez également adresser votre demande par courrier directement à l'ambassade, ou encore passer par une société spécialisée dans l'obtention des visas. J'ai opté pour Visas Express, 54, rue de l'Ouest (BP 48), 75 661 PARIS Cedex 14. Attention, certains organismes similaires n'hésitent pas à vous affoler sur les délais d'obtention du visa pour vous "vendre" la procédure d'urgence à 150 euros (50 euros pour le montant du visa reversé à l'ambassade, le reste pour son obtention). En procédure normale (12 jours de délai), il m'en a coûté 76 euros, pour un retrait sur place du passeport. En cas de réexpédition du passeport à domicile, il faut ajouter les coûts d'un envoi en Chronopost, soit environ 20 euros.

 

Lorsque vous remplissez votre demande de visa, veillez à indiquer dans la rubrique N°18 intitulée " Lieux de visite en Inde ", que vous vous rendez au SIKKIM. Et lorsque vous irez retirer votre passeport, vérifiez bien que celui-ci porte la mention spéciale pour le SIKKIM : "Valid for 16 days in all open areas in Sikkim". Sachez qu'il est possible de prolonger la durée de ce visa pour le SIKKIM sur place, et que l'accès à certaines zones du territoire, proche de la frontière tibétaine, est fermé. En outre, les véhicules locaux ne sont autorisés à effectuer que certains trajets. Par exemple, le taxi qui nous a conduits de Gandtok au Tsomgo Lake n'avait d'autorisation que pour ce seul trajet. Si vous partez avec votre propre véhicule, renseignez-vous consciencieusement avant d'arriver au Sikkim. 

 

 

Photo N°2 : la moitié d'entre nous n'avait pas ce tampon apposé sur leur visa indien. Karine, notre accompagnatrice, a du faire un aller-retour de Darjeeling à Siliguri (plus de 6 heures de trajet), pour obtenir un permis d'entrée pour ceux qui en étaient dépourvus !!!

  • AMBASSADE de L' INDE Section consulaire

  • Adresse : 20 / 22 RUE ALBERIC MAGNARD - 75016 PARIS

  • Tél : 01 40 50 71 71  - Fax : 01 40 50 09 96

  • Site Web : http://www.amb-inde.fr

  • Horaires d'ouverture : Dépot : du lundi au vendredi de 09H30 à 10h30  - Retrait : du lundi au vendredi entre 16h00 et 17H00
  • PERMIS SPECIAUX
    SIKKIM : à préciser sur le formulaire dans la rubrique n° 18 ="Lieux de visite en Inde"
    Un visa spécial permettant la visite de GANGTOK, RUMTEK, PHODANG valable pour 15 jours de séjour sera délivré sur le passeport lors de l'obtention du visa de tourisme classique. Source : www.visas-express.fr 

    Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
     
    Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
     
     
     
     
    www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension. 
    Repost 0
    Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
    commenter cet article
    9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 00:22

     

    Bonjour à toutes et à tous,

     

    Après ce préambule d'hier, quelques mots sur les préparatifs et l'itinéraire. Tout d'abord, rendons à César ce qui lui appartient. Nous sommes partis avec une agence dénommée ADEO (Les confins du monde). Cette agence propose des voyages découverte et aventure, pas si éloignés des conditions des voyageurs individuels : petits hôtels, transports locaux, affrêtement de véhicules à plusieurs, visites le plus souvent libres. En bref, on est loin -sinon, jamais je n'y serais venue- du bus de 50 personnes qui s'arrête pile une heure trente -et pas une minute de plus- pour que les 50 réalisent le même cliché du même sujet au même moment. Il en faut pour tous les goûts, naturellement.

     

     

    Photo N°1 : Non, je ne suis pas rémunérée par ADEO pour leur faire de la publicité sur mon blog ! Mais j'accepte volontiers une réduction sur le prochain voyage !!! Pour consulter leur site, cliquez ici.

     

     

    Cet article vous servira de point de repère pour la suite de ce carnet de voyage.  Dans la brochure ADEO, le voyage s'intitule : INDE, Uttar Pradesh, Darjeeling, Sikkim - Plaine du Gange et forteresses bouddhiques de l'Himalaya.

     

    Voici tout d'abord l'itinéraire, illustré de la carte ci-dessous. Au fil de la mise en ligne des articles du carnet de voyage, je mettrai des liens vers l'article concernant l'étape du jour. Il vous suffira alors de cliquer sur la date ou sur le jour pour accéder directement à l'article correspondant.

     

     

    Lundi 8 octobre 2007 Jour 1

    Vol Paris-Dehli via Vienne avec Austrian Airlines.

    Mardi 9 octobre 2007 Jour 2

    Dehli, journée libre. Visite de Birla House, Musée dédié au Mahatma Gandhi, dans le quartier du Raj Ghat puis déambulation dans les ruelles autour de Chandni Chowk.

    Mercredi 10 octobre 2007 Jour 3

    Train de Dehli à Agra. L'après-midi, visite de Fatehpur Sikri.

    Jeudi 11 octobre 2007 Jour 4

    Agra : lever de soleil sur le Taj Mahal, excursion en cyclopousse au Baby Taj (Itimad-ud-Daulah), puis au Mehtab Bagh avec sa vue superbe sur l'arrière du Taj Mahal. Train de nuit de Agra à Allahabad.

    Vendredi 12 octobre 2007 Jour 5

    Allahabad. Visite de l'Anand Bhavan, la villa-musée de la famille Nehru, puis de Sangam, où se mêlent les eaux de la Yamuna et du Gange.

    Samedi 13 octobre 2007 Jour 6

    Bus de Allahabad à Varanasi. Départ vers 9h, 3 heures de trajet. Découverte de Varanasi et de ses ghats. Premiers instants auprès des ghats de crémation. Puja (cérémonie quotidienne) sur le Ghat principal (Dasaswamedh Ghat).

    Dimanche 14 octobre 2007 Jour 7

    Varanasi. Aux environs : visite de Sarnath, à une dizaine de kilomètres. C'est le lieu où Bouddha fit son premier sermon après avoir connu l'illumination à Bodhgaya. Au retour, nouvelle promenade sur les ghats, nouvelle Puja.

    Lundi 15 octobre 2007 Jour 8

    Varanasi. Promenade en bateau dès l'aube sur le Gange. Déambulation dans la vieille ville et ses étroites ruelles commerçantes.

    Mardi 16 octobre 2007 Jour 9

    Train de Varanasi à Darjeeling. Départ (retardé) vers 14h, arrivée le lendemain matin à... 7h à New Jaipalguri, la dernière gare avant Darjeeling.

    Mercredi 17 octobre 2007 Jour 10

    Trajet de New Jaipalguri à Darjeeling par le petit train Darjeeling Himalayan Railway, surnommé le Toy Train. 9 heures de trajet. 

    Jeudi 18 octobre 2007 Jour 11

    Darjeeling : Bhutia Busty Monastery, Tibetan Refugee Self-Help Center, plantations de thé.

    Vendredi 19 octobre 2007 Jour 12

    Darjeeling : lever de soleil sur Tiger Hill, en face du Kanchenjunga et de la chaîne de montagnes de l'Himalaya. Visite des monastères, dans l'ordre, de Yiga Choling Gompa, Sakya Choling Gompa, Samten Choling Gompa, Druk Sangak Choling Gompa. Observation du train touristique à vapeur sur la boucle de Batasia Loop. En fin d'après-midi, pujas à la pagode japonaise (Japanese Peace Pagoda) puis au Druk Sangak Choling Gompa.

    Samedi 20 octobre 2007 Jour 13

    Départ de Darjeeling à 9h pour Pelling en taxi. 4h30 de trajet. L'après-midi, à Pelling, visite du monastère bouddhiste de Pemayangtsé.

    Dimanche 21 octobre 2007 Jour 14

    Pelling : excursion à Yuksom (visite du Dubdi Gompa) et au lac Khecheopalri. La route étant coupée, nous n'avons pu nous rendre à Tashiding comme initialement prévu.

    Lundi 22 octobre 2007 Jour 15

    Pelling : visite du monastère Sangachoeling Monastery. Jeep de Pelling à Ravangla (environ 3 heures de trajet). Sur la route, à Kewzing, visite du monastère Bon de Yung Drung Kundrak Lingbon, puis, à Ralang, à 13 kilomètres de Ravangla, du monastère bouddhique Palchen Choeling Monastic Institute.

    Mardi 23 octobre 2007 Jour 16

    Trajet de Ravangla à Gandtok. Arrêt à Ranipur pour prendre un van pour Rumtek où se situe le Rumtek Dharma Chakra Center, siège officiel du Gyalwa Karmapa, chef spirituel de l'ordre Kagyu.

    Mercredi 24 octobre 2007 Jour 17

    Gandtok. Visite de l'Enchey Gompa, descente à pied vers l'arrivée du téléphérique de la capitale sikkimaise, visite du Namgyal Institute of Tibétology, marché du Kanchenjunga complex.

    Jeudi 25 octobre 2007 Jour 18

    Gandtok. Excursion au Tsomgo Lake.

    Vendredi 26 octobre 2007 Jour 19

    Trajet de 4 heures environ de Gandtok à Kalimpong en jeep. L'après-midi, à Kalimpong, visite du Tharpa Choling Gompa, puis du monastère bhoutanais de Thongsa Gompaet enfin du Zong Dog Palri Fo-Brang Gompa, ou Durpin Gompa, sis au sommet de la Durpin Hill. Ce jour nous a réservé la plus belle surprise et la plus grande émotion du voyage. Ce fut un peu notre anniversaire à tous...

    Samedi 27 octobre 2007 Jour 20

    Trajet en jeep de Kalimpong à l'aéroport de Bagdogra (5 heures). Puis vol de Bagdogra à Dehli.

    Dimanche 28 octobre 2007 Jour 21

    Dehli. Quartier de Paharganj et de Main Bazaar.

    Lundi 29 octobre 2007 Jour 22

    Vol de Dehli vers Paris via Vienne sur Austrian Airlines. Décollage à 2h30 du matin, arrivée à Paris à 9h30.

     

     

     

     Photo N°2 : carte de l'itinéraire, extraite du catalogue de l'agence.

     

     

    Pour être informé(e) de la parution des prochains articles sur ce blog, abonnez-vous
     
    Pour lire les autres articles de ce carnet de voyage "de la plaine du GANGE aux monastères bouddhistes du SIKKIM", c'est ici
     
     
     
     
    www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
    Repost 0
    Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
    commenter cet article
    7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 00:11

     

    Bonjour à toutes et à tous,

     

    Chose promise... Je vous invite, pendant 22 jours, à m'accompagner dans un voyage à travers les plaines du Gange et les contreforts himalayens du Sikkim. Pour des raisons techniques, j'ai préféré vous conter nos aventures en différé, en tenant compte, toutefois, des émotions -et elles furent légion- en live. Gravées dans nos coeurs, dans nos corps énergétiques, dans nos cellules et dans nos cerveaux -droits et gauches-, nos mémoires et nos émotions de voyage ne demandent qu'à être partagées et exposées au plus grand nombre. La magie d'internet y contribuera peut-être.

    Photo N°1 : Dehli, dans le quartier de Paharganj, dans une rue commerçante derrière Main Bazar, octobre 2007. Si je devais choisir un titre à cette photo, ce serait " Sourire des yeux, douceur de l'âme"

     

    Nous étions dix. Neuf voyageurs et une accompagnatrice, tout aussi voyageuse que ses accompagnés. Pour une voyageuse indépendante et autonome comme moi, ne comptant que six voyages en groupe à son actif sur vingt-six années de pérégrinations à travers le monde, le choix du voyage à plus de deux s'avère toujours délicat. J'ai accepté de me laisser "entraîner" dans cette aventure. Et je dois avouer que celle-ci m'a réconciliée avec les groupes. J'ai donc décidé, en hommage à (par ordre d'apparition à l'aéroport) Kevin, Laurence, Dominique, Henri, Joëlle, Jean-Paul, Karine, Françoise, Patricia... et moi-même, à l'égrégore que nous avons constitué, et, probablement, reconstitué à travers les temps, de vous narrer non seulement les apparences et le visible, mais également ce que nombre d'êtres humains qualifient d'invisible, voire d'irréel. Ce que nombre d'entre eux considèrent comme n'existant pas, tout simplement parce qu'ils ne l'ont pas encore expérimenté. Ce que nombre d'entre eux condamnent, manipulés depuis des siècles par des tueurs d'âmes aux seules fins d'exercice d'un pouvoir sans partage.

     

    D'emblée, dès notre rencontre à Roissy-Charles de Gaulle, ce lundi matin du 8 octobre 2007, il m'est apparu que ce périple s'inscrivait dans les vibrations du 3, du 9, du 11 et du 22. Le chiffre 3 symbolise l'expression, la communication. Mais aussi l'impulsion créatrice, l'inspiration et l'intuition. Le chiffre 9, quant à lui, est associé à l'universalité, l'altruisme, l'humanisme. Le 11 et le 22 sont qualifiés de maîtres-nombres, des nombres dont les vibrations sont plus élevées et de nature plus spirituelles que les autres. Le 11 s'associe à l'ouverture spirituelle, l'intuition, la révélation, l'inspiration, tandis que le 22 symbolise la construction de l'univers, le service à l'humanité sous les ores altruistes inspirées. En langage... décodé, cette aventure annonçait de grandes rencontres, physiques ou spirituelles, avec d'importants personnages et de grands lieux de l'histoire de la liberté d'expression et de l'authenticité spirituelle. Elle allait marquer notre entrée dans la dimension de cette fin de cycle de reconnexion spirituelle, lequel nous avait conduits à explorer les tréfonds de nos âmes et de nos incapacités d'expression véritable et authentique.

     

    Photo N°2 : Dehli, dans le quartier de Paharganj, chacun s'affaire, qui à la vente, qui aux emplettes. Nous sommes tout près de la rue où s'alignent les "boutiques à touristes", mais ici c'est le fief des autochtones, vibrant de couleurs et d'activités. Octobre 2007. 

    Chaque voyage marque nos existences de manière indélébile de toutes nos mémoires passées, souvent enfouies. Ces mémoires que nos retrouvailles avec nos lieux de vie ou de survie ancestraux mais aussi avec nos compagnons et nos compagnes de vie à travers les temps, les âges, et les incarnations, contribuent à réveiller. Nous pouvons donc simplement nous déplacer, saisir les clichés d'un instant, survoler, traverser les lieux sans prendre le temps de nous y arrêter et de les sentir, de les ressentir, de les comprendre, de nous en imprégner, de les décoder. Les lieux, comme les êtres humains, les animaux, les végétaux, les minéraux, respirent, s'émeuvent, s'imprègnent de l'atmosphère et des émotions ambiantes. Les lieux constituent de véritables livres à coeur ouvert pour qui veut bien se donner la peine de les écouter. Ils portent toutes les mémoires des événements qui s'y sont déroulés, tel un ouvrage historique qui aurait défié l'usure du temps. La capacité d'écoute et de compréhension d'un lieu, comme de tout être vivant non doté de la parole ordinaire, s'acquiert, au prix d'un long cheminement vers son authenticité, et son existence réelle. Non d'un claquement de doigt, au grand dam de la société actuelle qui a décidé d'ignorer les vertus de patience, de persévérance et de tolérance. Le "tout", "tout de suite" n'a pas sa place dans cette aventure là.

     

    A tous ceux qui préfèrent railler les gens comme moi parce que j'ai osé -et eu le courage de- repousser les limites de mes propres perceptions, parce que j'ai osé ouvrir les portes qui se présentaient sur mon chemin, parce que j'ai osé partir en quête du sens de ma vie et de la vie sur terre et dans l'univers, je propose, au lieu de condamner sans jamais oser vous faire votre propre opinion en expérimentant par vous-mêmes, de lire ces lignes et le récit de ce voyage en vous disant, simplement, sans critiques, sans railleries, sans mesquineries, sans arrières-pensées : et si c'était vrai ?

     

    Photo N°3 : Dehli, dans le quartier de Paharganj. Ici les salons de coiffure sont ouverts sur la rue, et les regards complices. Octobre 2007.

     

    Ce voyage m'aura donné la force d'affirmer au grand jour ma perception du monde actuel, mais aussi et surtout du monde à venir. Plus que jamais, je veux être libre de penser, de ressentir, mais aussi de transmettre, d'enseigner, de développer dans les moindres détails l'expression de mes expériences et de mes connaissances sur l'évolution du monde, tel qu'on le connaît, mais surtout tel qu'on ne le connaît pas encore. Plus que jamais, je veux que l'on me respecte pour mes connaissances, pour mon intelligence des problèmes et des dysfonctionnements humains, individuels et collectifs. Plus que jamais, je veux que l'on accepte tous les êtres, qui, comme moi, contribuent par leur travail personnel au quotidien, à faire évoluer la conscience collective, et le sens de la vie de tous les êtres sur la terre et dans l'univers. A partir de maintenant, je deviens définitivement intolérante à l'égard de tous les intolérants de la terre et de l'univers, à l'égard de tous ceux qui ont traînés dans la boue tous les êtres de lumière et tous ceux, qui, malgré les rudes épreuves de défiance et de dénégation de leur valeur intrinsèque, ont tant bien que mal poursuivi leur quête de liberté d'expression.

     

    A ceux de mon entourage, proches ou moins proches, qui m'ont tourné le dos, ouvertement, ou insidieusement, parce que j'ai supposé très vite que ma maladie ne relevait pas du simple hasard, et que j'ai consacré de longues années à en comprendre le sens, ainsi que le sens de l'existence humaine, à ceux qui ne m'ont pas tourné le dos mais qui s'ingénuent à ne jamais poser de questions sur mes travaux et les résultats de mes réflexions, à ceux qui transpirent si fort leurs pensées condescendantes sur les dangers du politiquement incorrect, j'exprime haut et fort la fin de ma soumission au diktat de l'égo et de la suffisance. Dussé-je voir quelques portes supplémentaires me claquer au visage, il n'est plus l'heure pour moi de me saborder pour satisfaire la pensée unique et les moins-pensants. Nous pouvons tous devenir des mieux-pensants, plutôt que de brûler vifs ceux qui tentent de vivre, de penser et d'agir autrement.

     

    Photo N°4 : Dehli, dans le quartier de Paharganj. L'Inde des couleurs, l'Inde des odeurs. Octobre 2007.

    Merci à Padmasambhava de m'avoir donné la force, le courage, l'intuition et la volonté de cheminer jusqu'à pouvoir oser dire ce que je comprends, conçois, perçois, reçois. Merci aux grands maîtres de l'Himalaya de me guider vers l'apprentissage de l'amour et de la compassion. Le chemin est encore long qui m'y conduira, peut-être un jour, dans cette vie ou dans une vie ultérieure, mais l'acceptation de notre propre sort, de toutes les expériences qui jalonnent nos chemins respectifs constitue une étape fondamentale dans ce cheminement.

     

    Merci également à un être qui m'est cher et qui se reconnaîtra, s'il parcourt ces lignes, d'avoir réouvert la porte de notre communication, malgré les épreuves et les écueils, à la veille de ce voyage qui restera pour moi un point de départ vers la liberté d'expression de ma véritable personnalité.

     

    Merci à Kevin, Laurence, Dominique, Françoise, Patricia, Henri, Karine, Joëlle et Jean-Paul pour ces moments intenses partagés ensemble, pour leur ouverture et leur tolérance, pour leur curiosité et leur amour de la vie, des rencontres et des voyages, et pour leur soutien dans certains moments de très grande émotion. Je les invite à commenter cet article et ceux qui suivront de leurs propres souvenirs, ressentis, anecdotes, analyses et compréhensions en "ajoutant un commentaire" (ou plusieurs), en bas de cette page.

     

     

     

    Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
     
    Evadez-vous vers les cinq continents
     
     
     
     
     
    Découvrez « La Patiente », mon roman en ligne
     
     
     
    www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
    Repost 0
    Published by Fabienne B. - dans Carnets de voyage
    commenter cet article

    Blog À Part...

    • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
    • Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
    • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
    • Contact

    New : mon camino portugais!

    Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

    Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

    Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

    Compostelle 2012

    1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

    Remontez Le Temps

    Qu'ai-je à dire ?

    Référencé sur...