Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 14:37

 

Bonjour à toutes et à tous,

Nous fêtons aujourd'hui le Nouvel An Tibétain, premier jour de l'année de la souris de terre.

Photo N°1 : "Le petit moine du monastère de Ralang", Sikkim, Inde du Nord,octobre 2007

Bonne et heureuse année à tous les tibétains du pays des Neiges Eternelles qui ont résisté à la maltraitance de leurs envahisseurs chinois depuis plus d'un demi-siècle. Que la conscience de leur inspiration spirituelle se propage encore plus sur la Terre, que l'âme du monde s'inspire de leur sagesse et de leur compréhension de l'Homme et de l'Univers.

Bonne et heureuse année à tous les tibétains exilés, dont la présence à l'extérieur de leur pays, contrainte et forcée, a contribué à essaimer leur Connaissance et leur Conscience dans le monde entier.

Photo N°2 : "Petit moine, mais enfant quand même", Monastère de Ralang, Sikkim, Inde du Nord, octobre 2007

 

Bonne et heureuse année à tous les maîtres spirituels tibétains, dont la compassion, le dévouement, la détermination et le rayonnement contribuent à éclairer tous ceux qui sont en quête de leur vérité, de leur chemin de vie et de leur être intérieur.

Bonne et heureuse année à Sa Sainteté le Dalaï Lama, incarnation du Bouddha de la Compassion, et merci pour sa contribution à la paix dans le monde et à la réflexion de chacun sur sa responsabilité et le sens de son existence.

Photo N°3 : "Du sourire jusqu'au fond des yeux", Monastère de Ralang, Sikkim, Inde du Nord, octobre 2007

Bonne et heureuse année à Sa Sainteté le XVIIe Karmapa, que j'ai eu l'immense honneur et la grande émotion de rencontrer lors de mon récent voyage au Sikkim (Inde du Nord) en octobre 2007. Merci de m'avoir donné la force de commencer à croire en mon destin, et de commencer à m'affranchir de tous les doutes qui m'assaillent dans cette mission de vie certes exaltante, mais ô combien complexe et exigeante.

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 00:01

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Photo : Le Sphynx des Pyramides de Guizeh aurait-t-il résisté à l'usure du temps pour assister à l'éveil de notre once de sagesse intérieure ? Egypte, Le Caire, novembre 2003.

 

Je voudrais aujourd'hui rendre un hommage à tous ceux qui ont osé, osent, et oseront affirmer leur différence et leur compréhension de la complexité de la vie terrestre. Car il est politiquement incorrect de défier la pensée unique, la pensée majoritaire, le dogme "bien pensant". Certes, nous ne sommes plus au temps des dictatures, des monarchies et de l'inquisition, mais il est encore délicat dans notre société moderne d'oser être ce que l'on est au plus profond de nous-mêmes.

 

Alors je voudrais rendre hommage à tous ceux qui furent un peu en avance sur leur époque et dont les inventions ont fortement imprégné de leur ingéniosité les siècles suivants. Je voudrais rendre hommage à tous ces aventuriers, ces explorateurs qui ont élargi nos horizons géographiques.

Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui ont lutté pour leurs idées, parfois dans la solitude la plus profonde, parfois au fond d'une geôle, contre le rouleau compresseur de leurs opposants et détracteurs.

Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui osent expérimenter ce que leur suggère leur intuition, à tous ceux qui osent créer, inventer, définir de nouveaux horizons.

Je voudrais rendre hommage à tous ceux qui ont péri dans le dénuement et l'isolement le plus total parce que leurs talents ou leurs connaissances ne furent reconnus que bien longtemps après leur mort

Je voudrais rendre hommage, enfin, à tous ceux qui, au risque d'être raillés, rejetés, conspués ou pire, rayés de la carte terrestre, ont osé, osent et oseront poursuivre leurs investigations sur le ou les sujets de prédilection de leur existence afin de divulguer les résultats de leurs travaux de recherche au plus grand nombre.

Je voudrais rendre hommage à toutes ces femmes et à tous ces hommes illustres, souvent à titre posthume, et à tous ces anonymes, qui ont contribué, contribuent et contribueront à élever la conscience humaine afin d'éclairer nos vies et de leur donner un sens.

Je voudrais rendre hommage à cette once de sagesse qu'un jour, peut-être, nous posséderons tous au plus profond de nous-mêmes, ou, mieux, que nous retrouverons au fond de nous-mêmes.

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 11:33
 
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
 
Je vous ai parlé il y a quelques temps, dans la même rubrique, du Docteur anglais Edward Bach. Il consacra une grande partie de sa vie à mettre au point des élixirs floraux, après avoir découvert l'influence des fleurs sur nos états émotionnels. On peut trouver aujourd'hui des élixirs en provenance de diverses parties du monde, des élixirs du Bush Australien aux élixirs floraux californiens. Le principe même de ces élixirs repose sur la capacité de l'eau à s'imprégner de l'énergie de la fleur, par solarisation. Il existe aussi d'autres procédés d'imprégnation de l'eau.
 
 
Le docteur en médecine alternative Masaru Emoto s'est consacré à la recherche sur les différents types d'eau : celle du corps humain, les eaux de boisson, les eaux courantes, les eaux de la Terre. J'ai eu le plaisir d'assister il y a quelques années à l'une de ses conférences, dans les locaux de l'école de médecine de Paris. L'universitaire avait laissé la place au comédien enjoué. Il chantait, il fredonnait, tout en expliquant avec passion les résultats de ses recherches. A l'écran, des photographies en macro de cristaux d'eau gelée.
 
 
 
 
 
Photo N°1 : premier tome des « Messages de l'eau », dont la traduction française fut publiée en juin 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée aux mots amour et gratitude.
 
 
Partant du principe qu'il n'existe pas deux flocons de neige d'apparence identique, le chercheur japonais eut l'idée de congeler ses échantillons d'eau, de toutes provenances, puis de les photographier au travers d'un microscope... avant qu'ils ne fondent. Il était convaincu qu'une eau pure engendrait un cristal de la même pureté. Une eau polluée ne pouvait, quant à elle, donner un résultat identique. Pour cela, il devait trouver le mécanisme de prise de vue ad hoc. Deux mois furent nécessaire avant d'obtenir un résultat tangible.
 
 
Lors de sa conférence, Masaru Emoto projeta une série de diapositives réalisées dans le cadre de ses recherches. Les cristaux avaient des apparences très différentes, selon le degré de pollution de l'eau. Pollution physique et chimique, bien sûr, mais également en fonction des lieux où l'eau avait été puisée, et des environnements humains des expériences.
 
 
 
 
Photo N°2 : second tome des « Messages from Water », dont la version anglo-japonaise fut publiée en 2001. Le cristal de la couverture provient d'une eau exposée à une prière.
 
  
 
Je ne peux m'autoriser à publier ici que les photos des ouvrages, comportant chacune, en couverture, une photo de cristal d'eau gelée. Mais je vous invite à consulter ces ouvrages, pour constater à quel point, selon sa provenance et les énergies qu'elle contient, l'eau produit un cristal d'une très grande beauté et d'une très grande complexité, ou bien, tout au contraire, un cristal ne parvenant pas à se former.
 
 
Dans son premier ouvrage, le docteur Emoto cite l'exemple du tremblement de terre de Kobe (janvier 1995) : « Trois jours après le tremblement de terre, nous avons photographié les cristaux d'eau du robinet de la ville. C'était comme si l'eau, immédiatement après le tremblement de terre, avait capturé la peur, la panique et la profonde tristesse des gens. Les cristaux étaient complètement détruits, la photo donnait des frissons. Les habitants ont reçu l'aide et la sympathie du monde entier, et de nombreux éloges parce qu'aucun pillage n'avait été commis ». Trois mois après, Masaru Emoto et son équipe photographièrent les nouveaux cristaux d'eau de Kobé. Le cristal avait retrouvé vie, et « semblait avoir absorbé ses sentiments ».
 
 
Le chercheur multiplia les expériences. Il eut l'idée de mettre l'eau dans des environnements musicaux variés, de « La Pastorale » de Beethoven à la Symphonie N°40 en Sol mineur de Mozart, en passant par les danses populaires japonaises, celtiques ou la musique Heavy Metal. Il colla sur les flacons d'eau des mots comme Merci (dans différentes langues), Idiot, Amour, Ame, Beau, Sale. Demanda à des groupes de personnes de projeter leurs pensées au même moment sur un échantillon d'eau. Tous les cristaux résultants différaient, semblant exprimer l'émotion contenue dans le mot, ou la nature même de celui-ci.
 
 
 
 
Photo N°3 : Quatre cristaux différents pour les Quatre Saisons de Vivaldi.
 
 
 
Pendant deux heures, Masaru Emoto mima sur scène les émotions et les mots auxquels l'eau avait été exposée, chanta, fredonna, en véritable chef d'orchestre de ses découvertes, les musiques et les mélodies que l?eau avait écoutées. La salle était en admiration devant la beauté de certains cristaux, éberluée de la laideur de quelques autres. Par là même, le japonais voulait démontrer que toutes les eaux étaient de nature différentes, et véhiculaient une énergie particulière. Est-il besoin de préciser que les cristaux correspondants aux mots amour, beau ou merci, ou imprégnés de mélodies harmonieuses, tenaient le haut du pavé ?
 
 
 
Nourrissez-vous des paroles des sages du monde

Alimentez votre réflexion avec « Une photo de voyage, une pensée »

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Restez informé(e) de la parution des prochains articles,

Repost 0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 16:44

 

Bonjour à toutes et à tous,
 
 
Aujourd'hui, 6 juillet, c'est l'anniversaire du Dalaï Lama. J'ai retenu cette date car c'est également la date d'anniversaire de mon père. Le Dalaï Lama est né en 1935, mon père en 1936. Bon anniversaire à tous les deux.
 

 

 

 

 

Photos 1 à 3 : Au monastère de Dharamsala vivent 200 moines. Cette cité aux allures de village abrite 30 000 tibétains ayant suivi progressivement le chef du Tibet dans son exil. A ceux qui s'y rendraient, je conseille vivement la visite du musée tibétain. Celui-ci retrace, au moyen de vidéos, de photos et de textes, les conditions de vie des tibétains depuis l'annexion de leur pays par la Chine.
 
 
 
Je profite donc de ce jour anniversaire pour citer le thème de méditation suggéré par le chef politique et spirituel du peuple tibétain pour cette 187e journée de l?année (reste 178 jours, les numérologues analyseront).
 
 
« Reconnaissons que la souffrance fait partie de l?existence, ou, en termes bouddhistes, du samsara, le cycle des existences conditionnées. Si nous la considérons comme une chose négative, anormale, dont nous sommes la victime, notre vie devient misérable. C'est notre réaction qui devient le problème. Le bonheur est possible lorsque même ce que nous considérons comme souffrance ne nous rend pas malheureux ».
 
 
J'ai eu l'occasion d'aller écouter le prix Nobel de la Paix à Paris il y a quelques années. Certes, je n'ai pas la connaissance nécessaire pour tout comprendre le langage technique de la culture bouddhiste, mais l'homme rayonne lors de ses conférences grand public et communique sa joie de vivre et sa grande tolérance. Le premier jour, lorsqu'il est entré dans la salle, il n'y avait pas un bruit. Seulement du respect pour le chemin parcouru par une personnalité hors du commun. Or il y avait 12 000 personnes à Bercy. Impressionnant.

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 08:49

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

Photo N°1 : Tenzin Gyatso, le Dalaï Lama, prix Nobel de la paix en 1989, vit à Dharamsala, dans le Nord de l'Inde, où il a été accueilli après l'invasion du Tibet par la Chine en 1959. Il est accompagné du gouvernement tibétain en exil. La communauté tibétaine qui l'entoure compte quelque 30 000 tibétains. Le monastère de Dharamsala abrite 200 moines. Ces derniers se retrouvent chaque jour à 11 heures pour des joutes oratoires, exercices verbaux et gestuels d'expression et d'argumentation, menées dans le plus grand sérieux. C'est LE spectacle matinal de la ville.

 

Revenons aujourd'hui à l'écoute des paroles des sages du monde. J'ai choisi aujourd'hui un court extrait d'un livre intitulé "365 méditations quotidiennes du Dalaï Lama", édité chez Pocket Spiritualité. Dans cet ouvrage, le chef politique et spirituel du Tibet nous livre des sujets de méditation pour chaque jour de l'année. J'ai simplement regardé ce qu'il nous propose pour ce 169e jour de l'année. Voici :

 

"L'Histoire nous montre que la violence engendre la violence et résout rarement les problèmes. En revanche, elle crée d'insondables souffrances. On voit aussi que même lorsqu'elle paraît sage et logique pour mettre fin à des conflits, on ne peut jamais savoir si au lieu d'éteindre un feu on n'est pas en train d'allumer un brasier".

 

Bonne méditation.

 

 

Photo N°2 : sous le regard attentif de leurs aînés, les jeunes moines argumentent dans la bonne humeur, tout en faisant appel à leur force de conviction et d'expression. Les photographes s'en donnent à coeur-joie. Mais, avons-nous le droit de nous immiscer dans cet exercice ? Les moines semblent ignorer notre présence, très concentrés sur l'objet de leur conversation.

 

 

Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
  
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Repost 0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 11:33
 
Bonjour à toutes et à tous,
Salam aleikoum,

 
 
Photo 1 : Les Pyramides de Guizeh font la notoriété de la capitale égyptienne du Caire. On sait moins que les chevaux de la capitale et leurs écuyers galopent sur fond de Pyramides. Chevaucher en lisière de désert est une merveilleuse manière de prendre du recul sur ce magnifique tableau. Les pur-sang arabes renâclent à trotter. Ils préfèrent galoper avec fougue, comme pour tenter de s’élever vers les hautes énergies pyramidales.
 
 
 
Retour à notre rendez-vous régulier avec les « Paroles des sages du monde ». J’ai choisi pour cette première rencontre de juin la sagesse égyptienne. J’ai eu le plaisir de me rendre déjà trois fois en Egypte. L’on y apprend beaucoup. Sur la vie, sur les autres, sur soi. Il suffit d’écouter les langages des lieux, des édifices, des murs, des hiéroglyphes plurimillénaires. L’époque des pharaons fascine jusqu’aux incrédules.
L’ordre de Maât. Chaque divinité nous guide au plus profond de nous-mêmes. Mais Maât règne sur l’âme des pharaons. Ces derniers doivent conduire leur peuple vers la juste voie pour tous. Ni trop, ni trop peu, pour tous et pour chacun. Les pharaons n’ont certes pas tous respecté la Règle. Certains ont trahi. D’autres ont servi jusqu’à leur dernier souffle la ligne de conduite dans la probité, l’extrême respect de la nature humaine et l’écoute de la quintessence de l’expérience ultime de la supraconscience lumineuse.
 
Pour entendre les paroles des sages égyptiens, je vous propose un petit exercice. Procurez-vous une photo de la Grande Pyramide de Guizeh, la Pyramide de Khéops. Observez la. Laissez-vous envelopper par l’atmosphère si solennelle du lieu. Respirez profondément. De plus en plus profondément. Ralentissez votre rythme respiratoire. Fermez les yeux, et écoutez les paroles que les sages égyptiens de la haute antiquité véhiculent à travers leurs édifices. Certains d’entre vous les entendront clairement, d’autres auront la sensation de n’avoir rien entendu. Plusieurs semaines, mois ou années sont parfois nécessaires après un voyage en Egypte pour comprendre les enseignements reçus. Seule l’expérimentation permet de se faire sa propre opinion. Bon exercice…
 
 
 
 
Nourrissez-vous des paroles des sages du monde
Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »
Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous
Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne
 
 
 
 
www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.
Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 11:22
Bonjour à tous et à toutes,



Photo 1 : A sa mort en 1936, le Docteur Bach laissa deux petits livres décrivant ses méthodes de traitement par les fleurs : "Guéris-toi toi-même" et "Les douze guérisseurs et autres remèdes". L'ouvrage "
La Guérison par les Fleurs", publié au Courrier du Livre, rassemble ces deux petits livres en un seul.

Dans cette rubrique Paroles des Sages du Monde, j’évoque ceux qui, à mon sens, ont contribué à éveiller les consciences. En ce dernier jour du joli mois de mai, je fais ce qu’il me plaît, comme nous y invite la tradition populaire, souvent riche de bon sens. Et il me plaît de vous entretenir du Docteur Bach. Edward de son prénom. Je l’ai rencontré au début de l’année 2000. Du moins sa mémoire, sa conscience, ses découvertes. Car ce médecin britannique, bactériologiste puis homéopathe, avant de réaliser le grand œuvre de sa vie sur les vertus des énergies florales sur les états émotionnels, quitta ce monde, du moins dans cette incarnation là, en 1936.

Il mourut pauvre, comme nombre de grands hommes dont les découvertes ne sont, hélas, pas reconnues de leur vivant. La cinquantaine à peine dépassée. Le mécénat a ceci de précieux qu’il autorise les travaux les plus pointus et les recherches les plus approfondies et les plus novatrices. Mais il n’existe plus guère pour ceux qui osent sortir des cadres établis. Pour ceux qui remettent en question la pensée unique dont il est… fortement déconseillé de s’affranchir.
Edward Bach reprochait à la médecine de se concentrer sur la maladie et de négliger la personnalité du malade.


Ce médecin raillé par ses pairs ne pouvait se satisfaire de la disparition des symptômes, sans compréhension et élimination de la cause profonde des
maladies. A 43 ans, il abandonna les heurs et les honneurs de la médecine londonienne pour partir en quête de solutions au cœur même de la nature. Doté d’une intuition et d’une sensibilité très développées, le Docteur Bach ressentait les vibrations des fleurs. Lorsqu’il se promenait dans la campagne, dans un état émotionnel particulier, il était naturellement attiré par la plante, la fleur, l’arbre qui, par ses vibrations, l’apaisait, lui conférait une véritable stabilité émotionnelle.


Il découvrit tout d’abord les vertus de la Mimule (Mimulus guttatus) et de l’Impatience (Impatiens glandulifera) ou Basalmine. La première s’avéra un remède contre les peurs identifiées de la vie quotidienne. La seconde, comme son nom l’indique, contre l’impatience, l’irritation, l’intolérance. Il définit ainsi 38 états émotionnels parmi lesquels la colère, la jalousie, l’indécision, l’incapacité à trouver sa voie, la rigidité, le manque de confiance en soi, le sentiment de souillure, d’impureté, les ruminations obsessionnelles… Et concocta les élixirs floraux permettant d’y remédier. Dans l’ordre : Holly, Scléranthus, Wild Oat, Rock Water, Larch, Crab Apple, White Chesnut…


Photo 2 : Un champ de colza dans la région chartraine, non loin de Courbehaye, petit village beauceron. Lorsque vous vous promenez dans la nature, chassez vos pensées parasites, fermez les yeux et écoutez les fleurs et les arbres. Avec un peu d’entraînement et de persévérance, peut-être parviendrez-vous à entendre leur langage ?
 
Il existe aujourd’hui plusieurs milliers d’élixirs floraux dans le monde. Les travaux du japonais Emoto sur les cristaux d’eau gelée ont, depuis, mis en exergue les facultés de mémorisation de l’eau. Je vous en parlerai une autre fois. Le docteur Bach a tracé la voie d’une médecine holistique, considérant l’être humain dans son intégralité. Oserais-je dire dans son intégrité ? Le corps physique ne serait-il pas le seul reflet d’une dysharmonie entre la conscience supérieure, l’âme, l’être intérieur… et l’ego ?
 

 
Nourrissez-vous des Paroles des sages du monde

Alimentez votre réflexion avec « Une photo, une pensée »

Restez informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous

Vibrez avec « La Patiente », mon roman en ligne

 


www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension. 

 

Repost 0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 08:22

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

Vous le savez peut-être désormais, vous qui visitez ou avez déjà parcouru les articles de ce blog, j'ai vécu l'expérience il y a quelques années de la maladie que l'on qualifie généralement de "grave". J'ai tiré de cette période de ma vie nombre d'enseignements précieux, et je souhaite communiquer au plus grand nombre les réflexions, apprentissages, découvertes engendrés par ces années de ma vie. Si douloureuses, et si riches à la fois. 

 

Pour comprendre le sens de cette "sortie de route", j'ai dévoré de nombreux ouvrages, exploré diverses disciplines thérapeutiques, expérimenté plusieurs d'entre elles, assisté à des conférences variées. Je vous raconterai progressivement ce que j'ai appris, dans mon roman "La Patiente", bien sûr, mais aussi dans les différentes rubriques de ce blog.

 

 

Photo : de nombreuses régions du monde recèlent encore des coins de nature préservés de la pollution et de la dévastation. Ici, le mont Kailash, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière indo-tibétaine, état indien de l'Himachal Pradesh.

 

Aujourd'hui, je poursuis mon tour du monde des sagesses ancestrales en vous emmenant dans la Grèce de Périclès (vers 495-429 avant J.C.). A cette époque, les Grecs érigent le Parthénon, Pythagore affirme que la terre est ronde et qu'elle n'est qu'une planète parmi une multitude d'autres corps célestes. Ce siècle est aussi celui d'Hippocrate. Il transpose dans la médecine et le microcosme humain la représentation du monde, de ce macrocosme décrit par les savants et les philosophes de son époque. Cette représentation du corps humain et son lien indéfectible avec l'univers est décrit dans nombre de sagesses et de médecines ancestrales.

 

On comprend alors mieux que le corps (et la pensée) humain est le miroir de son environnement. Et vice-versa. Tout est interdépendant. En détruisant son environnement, l'homme se détruit lui-même. Ce lien de cause à effet semble très éloigné des réflexions actuelles. Et pourtant. La terre souffre, mais l'homme continue à l'encrasser et à l'agresser, sans prendre conscience qu'il se pollue et amenuise ses forces par sa propre inconscience à l'égard de son environnement naturel.

 

Le Serment d'Hippocrate en appelle tant à la mystique qu'à la pratique médicale. Je vous en livre quelques extraits, prélevés dans le livre "Médecines du Monde, Histoire et pratiques des médecines traditionnelles" de Claudine Brelet, dans la collection Bouquins aux Editions Robert Laffont.

 

Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et les déesses, et je les prends à témoin que je remplirai, selon mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :

...Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice.

Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; de même, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif.

Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.

Dans toute maison où j'entrerai pour être utile aux malades, je me préserverai de tout méfait volontaire ou corrupteur, surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Quoi que je voie ou j'entende dans la société pendant ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai et garderai le secret de ce qui ne doit jamais être divulgué.

La médecine hippocratique est une médecine holistique, considérant l'être humain dans la globalité de son corps, de son âme et de son esprit, intégrant l'homme à la biosphère. A l'heure où les dérèglements climatiques font couler beaucoup d'encre, où les virus deviennent de plus en plus virulents, où les dépressions et maladies mentales s'accroissent, où les maladies dégénératives ne cessent d'augmenter, quand allons-nous retrouver la conscience de la globalité de l'être humain et de chaque forme de vie, mais aussi de l'interdépendance incontournable entre toutes les formes de vie, sur terre et dans le reste de l'univers ?

 

N'hésitez pas à laisser des commentaires ou à me poser des questions à l'adresse suivante : leblogdelapatiente@yahoo.fr

 

 

 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous en cliquant ici

Vous souhaitez lire les "Paroles des Sages du Monde" précédemment publiées ?

.L'homme souverainement parfait de Confucius

.l'appel au respect de la valeur humaine de sa sainteté le 12e Gyalwang Drukpa

.de la valeur de la nature humaine, suite...

Pour découvrir « La Patiente », mon roman en ligne, c'est là

 

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 11:22

Bonjour à toutes et à tous,

Vous le savez désormais, vous qui visitez ou avez déjà parcouru les articles de ce blog, j'ai vécu l'expérience il y a quelques années de la maladie que l'on qualifie généralement de "grave". J'ai tiré de cette période de ma vie nombre d'enseignements précieux, et je souhaite communiquer au plus grand nombre les réflexions, apprentissages, découvertes engendrés par ces années de ma vie. Si douloureuses, et si riches à la fois. 

Pour comprendre le sens de cette "sortie de route", j'ai dévoré de nombreux ouvrages, exploré diverses disciplines thérapeutiques, expérimenté plusieurs d'entre elles, assisté à des conférences variées. Je vous raconterai progressivement ce que j'ai appris, dans mon roman "La Patiente", bien sûr, mais aussi dans les différentes rubriques de ce blog.

Les sages et les philosophes des quatre coins du monde ont inspiré ma quête de sens. Il me plaît souvent de me laisser guider par mon intuition et d'ouvrir un livre à n'importe quelle page. Sauf que c'est justement à cette page là que le livre s'est ouvert, et non une autre. Tout a un sens. Aujourd'hui, j'ai ouvert un petit livre de Maximes et Pensées de Confucius à la page 77 (d'André Silvaire, aux Editions du Rocher), et je vous en livre la teneur. Bonne méditation...

"Les facultés de l'homme souverainement parfait sont si puissantes qu'il peut, par leur moyen, prévoir les choses à venir. L'élévation des familles royales s'annonce assurément aussi par d'heureux présages ; la chute des dynasties s'annonce assurément aussi par de funestes présages ; ces présages heureux ou funestes se manifestent dans la grande herbe nommée chi, sur le dos de la tortue, et excitent en elle de tels mouvements qu'ils font frissonner ses quatre membres. Quand des événements heureux ou malheureux sont prochains, l'homme souverainement parfait prévoit avec certitude s'ils seront heureux ; il prévoit également avec certitude s'ils seront malheureux ; c'est pourquoi l'homme souverainement parfait ressemble aux intelligences surnaturelles".

Tout a un sens. Et les dates des événements, leur importance et leur signification. Votre mariage prendra une tournure différente selon que vous aurez épousé votre conjoint un 17 juillet 1975 ou un 11 août de la même année. A chaque jour correspond une vibration particulière, qui favorisera ou non certains de nos actes. Ou, pour le moins, les marquera de connotations et de couleurs variables. Nous y reviendrons ultérieurement. N'hésitez pas à laisser des commentaires ou à me poser des questions à l'adresse suivante : leblogdelapatiente@yahoo.fr

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous en cliquant ici

Pour découvrir « La Patiente », mon roman en ligne, c’est là

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Repost 0
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 18:22

 

Tashi Delek,

 

Et voici la suite de la conférence tenue hier dimanche 6 mai 2007 par le 12e Gyalwang Drukpa au centre bouddhique de Plouray, dans le Morbihan.

 

"C'est une mission urgente pour chacun d'entre nous, dorénavant, que de comprendre la valeur de la vie humaine. Certains d'entre vous dans cette assistance sont peut-être chrétiens, catholiques, musulmans, juifs. Au delà de vos religions respectives, l'heure est à la recherche de solutions nouvelles. Depuis tout ce temps, au regard de l'état actuel du monde et de la nature humaine, les religions n'ont peut-être pas rempli leur office. Ce ne sont pas tant les religions qui s'avèrent criticables, que ce qui est dit et fait au nom de ces dernières, que le comportement et les prises de position des personnages qui s'en revendiquent.

 

Les religions existent depuis des milliers d'années. Et jusqu'à présent, elles n'ont sans doute pas fait un si bon travail que cela. Nous devrions tous, en tant qu'êtres humains, nous concentrer afin de trouver d'autres solutions. Il en va de même pour certains médicaments : ils ont été l'objet de recherches approfondies, ils sont très chers, mais ils ne fonctionnent pas pour certains d'entre vous. Alors ne perdez pas votre énergie à les critiquer, tout comme les religions. Recherchez d'autres voies, au lieu de vous attacher aux étiquettes de chacune d'entre elles. Quel est le sens de votre vie ? Quelle est la valeur de votre existence ? De celle d'autrui ? Quels sont les aspects positifs de votre vie ? De celle d'autrui ?

 

On ne voit en général que ce qui va mal. Cela contribue à établir et entretenir un état de terreur. Cela engendre la tristesse, la colère. Notre esprit est affecté de nombreuses perturbations, de sentiments négatifs. Il n'y a plus de place pour le bonheur. A force de penser que tout va mal, tout finit par aller mal. Nous devrions nous évertuer à créer le bonheur dans notre vie, à rechercher des sources de bonheur. Ce qui est source de bonheur et illumine notre existence, nous rend heureux et devient source d'inspiration. Nous devons développer notre force intérieure, mais aussi nous entourer de sources extérieures d'inspiration.

 

Je voudrais aborder un dernier point. Le développement matériel est nécessaire, mais il doit être apprécié au regard du développement spirituel. Nous avons connu ces dernières décennies un développement matériel très important. Et pourtant, la situation ne cesse de s'aggraver. Le développement matériel est nécessaire, mais il convient de l'apprécier à sa juste valeur, à travers notre force intérieure et notre évolution spirituelle. Sinon, l'amélioration matérielle n'apporte guère à l'être humain et à la collectivité. A l'inverse, progresser spirituellement sans un pendant sur le plan matériel s'avère également délicat, sauf à être doté d'une force intérieure très élevée. Tout a un sens. Si vous cherchez à améliorer votre existence et celles de vos proches, parents, enfants, conjoints, vous devez le faire en harmonie avec votre évolution spirituelle. Vous devez apprécier votre vie à sa juste valeur. Je ne dis pas pour autant qu'il faut avoir une grande foi en Dieu, Bouddha, Allah ou d'autres divinités. Par spiritualité, j'entends qu'il importe de comprendre au fond de notre coeur le sens de notre existence, d'avoir un profond sentiment d'appréciation de ces qualités.

 

Nous avons besoin tant du  matériel que du spirituel. En même temps. Ces dernières années, nous avons assisté à une accélération de la création et de la mise en marché de nombreuses technologies nouvelles. Parallèlement, nous ne nous sommes que très peu développés spirituellement. Il y a souvent eu opposition entre les aspects matériel et spirituel de notre vie. Progresser spirituellement excluait la possibilité d'avoir de l'argent, une famille, de se marier, d'avoir des enfants. A l'inverse, progresser matériellement interdisait, aux dires des pouvoirs religieux, l'accès à la spiritualité. Résultat : nombreux sont ceux qui pensent qu'il est impossible de concilier développement matériel et spiritualité. D'où des situations complètement paralysées, et de grandes souffrances dans la société. Face à ce constat, certains parents ne veulent plus la moindre éducation religieuse pour leurs enfants. Dissocier spirituel et matériel n'est pas sain. Essayons de réfléchir à tout cela. "

 

 

 

Photo N°2 : Depuis le 7e siècle et lors des 250 ans qui suivirent, les rois tibétains entreprirent un travail de transformation culturelle en s'ouvrant aux savoirs des grandes civilisation d'Asie. Ce processus atteint son apogée dans les années 790, où l'empereur Trisong Detsen, avec l'aide de l'initié indien Padmasambhava, fit ériger le premier monastère bouddhique, y fit transférer l'université bouddhique indienne et commença à y faire rassembler toutes les connaissances détenues en Asie. Communément désigné sous le nom de Guru Rimpoche, l'esprit du maître indien est celui de l'esprit réalisé de tous les Bouddhas et de tous les maîtres spirituels.

 

 

Pour être informé(e) de la parution des prochains articles, abonnez-vous en cliquant ici

 

 

Pour découvrir « La Patiente », mon roman en ligne, c'est là

 

www.voyageursdunouveaumonde.com, le blog de toutes les formes de voyage, de la photo de voyage, et des loisirs créatifs sur le thème du voyage... © Tous droits de reproduction textes et images interdits. Merci de votre compréhension.

Repost 0

Blog À Part...

  • : Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • Le blog des voyages vers les cinq continents, du voyage intérieur, roman en ligne, photos, scrapbooking, encadrement, cartonnage, loisirs créatifs...par Fabienne B.
  • : Des voyages vers les cinq continents depuis un quart de siècle au voyage intérieur, le blog d'un(e) électron libre et passionné(e)d'itinérances.
  • Contact

New : mon camino portugais!

Lorsqu'en mai 2012, j'ai entamé au Puy-en-Velay mon itinéraire jacquaire, j'étais loin d'imaginer succomber à la magie de ces voies légendaires. Et repartir sur la Via Lusitana moins de six mois après mon arrivée à Saint Jacques de Compostelle. De Lisbonne, je me suis lancée le 20 avril 2013 sur le "caminho portugues". S'il souffre parfois de longues portions de routes asphaltées et dangereuses, ce chemin n'en demeure pas moins fondamental...pour l'Histoire de l'humanité !

Pour tout savoir sur cette Via Lusitana, cliquez sur COMPOSTELLE 2013

Et bien sûr,  la rubrique Via Podiensis et Camino Francés, cliquez sur COMPOSTELLE 2012

Compostelle 2012

1600 kilomètres ! Partie du Puy en Velay le 5 mai 2012, j'ai marché jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en 4 fois : 11 jours en mai, 13 en juin, 11 en août et 33 en septembre-octobre. Après une journée de repos à Saint Jacques de Compostelle, j'ai atteint l'objectif que je m'étais fixé en ralliant Fisterra, la fin des terres galiciennes, tournée vers l'Amérique, les pieds dans l'Océan. De belles rencontres chaleureuses, des encouragements mutuels, le respect de la nature et d'autrui, l'entraide de tous les instants, entre pèlerins et autour des pèlerins, cheminement intérieur et spirituel ont jalonné cette merveilleuse aventure humaine. J'ai salué Saint Jacques dans sa dernière demeure le 22 octobre 2012 sur le Champ des Etoiles, après avoir fêté mes cinquante ans au sommet d'O Cebreiro, et noyé mon regard dans l'azur de l'atlantique le 26 octobre avant, pour la première fois depuis le départ, de rebrousser chemin pour redescendre du phare de la fin des terres ! Pour accéder à la liste à jour des articles publiés, et au détail des articles sur Compostelle 2012, Via Podiensis et Camino Francés, CLIQUEZ ICI

Remontez Le Temps

Qu'ai-je à dire ?

Référencé sur...